Publicités
La Redaction 8 août 2019

 

Plusieurs organisations de défense et de promotion des droits humains, ont dans une note de presse, exprimé leur préoccupations face à la détérioration de la situation socio-économique du pays, qui ont de graves conséquences sur le respect des droits fondamentaux de la population haïtienne.

Note de presse

Les dérives des pouvoirs de l’Etat : les organisations haïtiennes des droits humains exigent un changement pour le respect des droits de la personne humaine

Les organisations de défense et de promotion des droits humains, signataires de cette note, sont profondément préoccupées par la détérioration vertigineuse de la situation politique et socio-économique du pays. Cette détérioration a de graves conséquences sur le respect des droits fondamentaux de la population haïtienne.
Les organisations signataires de cette note, constatent qu’au regard des droits civils et politiques, la population assiste à la privation de sa liberté de circuler en toute sécurité et de manifester pacifiquement. Des manifestants ont été tués dans des circonstances non élucidées et certains opposants au pouvoir en place persécutés jusqu’ à prendre le maquis pour échapper à la colère des partisans du pouvoir dans certaines régions du pays.

Par ailleurs, le système judiciaire demeure dans l’incapacité de faire face à l’impunité et la corruption comme le veut la loi. Parallèlement, à travers les prisons civiles et les centres de détention, les détenus (es) sont entassés(es) dans leurs cellules sans être jugés, tout en considérant les efforts de certains magistrats. Les autorités étatiques ne prennent aucune mesure adéquate pour la protection et la jouissance des droits civils et politiques,
En ce qui concerne les droits économiques, sociaux et culturels, le tableau est triste et devient plus alarmant que jamais. La population vit dans une extrême pauvreté au point que bon nombre de citoyens et citoyennes sont obligés de laisser le pays à la recherche de meilleures conditions de vie. Depuis l’arrivée de Monsieur Jovenel Moïse au pouvoir, le déplacement des jeunes universitaires et professionnels vers l’extérieur continue d’augmenter.

Les organisations signataires de cette note rappellent que l’État haïtien a ratifié en 2012 le Pacte international relatif aux Droits Economiques, Sociaux et Culturels, mais ne fait rien pour garantir ces droits à la population haïtienne. Le gouvernement haïtien ne s’est même pas donné la peine de présenter son rapport initial au Comité des Nations Unies sur les droits économiques, sociaux et culturels. Alors que la jouissance des droits à la santé, à l’éducation, au logement, à l’alimentation et à un environnement sain reste un grand défi pour la population haïtienne.

De juillet 2018 à juillet 2019, la population haïtienne est soumise à des violations systématiques de ses droits. À ce stade, on se demande pourquoi l’Etat haïtien a ratifié tous ces instruments juridiques pertinents en matière des droits de l’Homme? Malgré les revendications de la population haïtienne et en dépit des propositions des organisations de la société civile, les autorités des pouvoirs politiques en place font semblant de ne rien entendre, ni comprendre. Au contraire, en pleine crise et à l’étonnement de tous et de toutes, le pouvoir exécutif en place a délibérément nommé un Premier Ministre et monté un gouvernement controversé dès la conception, au mépris des revendications de la population.

Face à la menace combien imminente et planifiée contre le peuple haïtien, les organisations des droits humains signataires de cette note, estiment urgent d’élever la voix encore une fois, pour condamner ces dérives constantes du pouvoir en place. Elles s’engagent à combattre toutes les dérives démocratiques occasionnant des violations systématiques des droits fondamentaux. Et, du même coup, s’engagent à contribuer dans la construction d’une société démocratique et de justice sociale.

Les organisations des droits humains signataires de cette note, croient qu’une entente nationale s’avère nécessaire et urgente pour redéfinir et fixer les grandes orientations politiques, économiques, sociales et culturelles du pays. Cette entente doit prendre en compte le changement de notre société inégalitaire basée sur l’injustice sociale. Ainsi, les citoyens et citoyennes auront l’égalité des chances où la justice et la politique se dissocieront.

Dans cette perspective, les organisations des droits humains signataires de cette note recommandent :
• Au Parlement haïtien, de ne pas perdre de vue sa principale mission qui est de contrôler l’exécutif et de légiférer, en prenant en compte les intérêts de la population haïtienne ;
• Au pouvoir exécutif en place, de prendre en considération la volonté du peuple haïtien ;
• Aux autorités judiciaires, l’organisation d’un procès équitable concernant la dilapidation des fonds petro caribe ;
• À la population haïtienne, de rester vigilante face aux violations systématiques de ses droits fondamentaux ;
• À la communauté internationale, de ne pas écarter l’application du droit international, dans le cadre des ses relations avec Haïti où les autorités pratiquent à longueur de journée et à la veillée de la nuit la corruption, la criminalité nationale et transnationale et les violations systématiques des droits humain. Le monde est un village, la coopération internationale doit tenir compte de l’auto determination des peuples et le respect de leurs droits fondamentaux. Sans quoi, les efforts consentis pour institutionnaliser les droits de l’Homme à partir de 1945 seraient vides de sens.

Fait à Port-au-Prince, le 05 Aout 2019

Me Barthélemy Decius JEAN NOËL
Président Ligue Haïtienne-Nord des Organisations des Droits Humains

Me Pierre Garot NERE
Solidarité Haïtienne de Défense des Droits Humains

Me Remy EDMÉE
Coordonnateur de la Ligue Nationale des Avocats pour la Défense des Droits Humains

Me Jemps DERALUS
Responsable des Affaires Juridiques du Collectif Défenseurs Plus

 

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils