Victor ou les enfants au pouvoir:
CP: Samuel Suffren

Une pièce puissante programmée explicitement pour faire tomber nos ruines. Un théâtre qu’on aimerait voir, revoir, en discuter, et surtout partager avec d’autres. Michèle Lemoine, la coordonnatrice du programme Arts et Culture de la FOKAL, l’invitée spéciale de cette 16e édition du festival quatre chemins met le cap sur le désagrégation familiales dans une mise en scène créée spécialement pour le festival, dans un texte de Roger vitrac Pour en tirer un théâtre du fantastique ancré dans le réel, où l’inconscient, le rêve ont leur place.

Un spectacle donc essentiel, indispensable. Ce cadeau nous est donc offert par Michèle Lemoine, en mettant sur scène des comédiens comme : Staloff Troforrt , Yvenie Paul, jenny cadet, Jehyna Sahyeir, Miracson Saint Val, Lesly Maxi , Farid Sauvignon , Anyès Noël , Erika Julie Jn-Louis, Eliézer Guérismé et Néhémie Bastien, qu’on a le bonheur de redécouvrir.

 

 

 

Victor, un enfant bien trop grand pour son âge, fête ses neuf ans en famille. Quoi de plus normal, sinon que le « normal » est inconnu dans cette famille, directement venue de la grande bourgeoisie satisfaite, et tromperies à tous les étages. Mais a travers cette pièce le burlesque explose dans la violence d’un rire de colère, de rébellion.

Victor n’est, pas seulement un « pervers polymorphe ». Mais dans son désir de liberté, de vivre sa propre vie, y compris sexuelle, il se montre profondément subversif. Il incarne le refus du conformisme, la révolte contre les lois établies par une société dont, entre la grande dame pétomane, le général ahuri, les parents abusifs, Michèle Lemoine donne, sans arrière-plan vraisemblablement avec beaucoup d’engagements , une image terrifiante et ridicule. Une société déséquilibrée par les appétits d’une jeunesse qui lui fait peur, qu’elle voudrait ignorer. « Victor entame une lutte à mort, et il y a de nombreux morts dans cette pièce, mais le thème en est d’abord la mort de l’enfance. Car quoi qu’il arrive, on vieillit. L’enfance, on ne la retrouve pas, c’est une partie de soi qui disparaît peut-être à jamais.

En effet, Tantôt opératrice culturelle ou réalisatrice, tantôt comédienne, metteure en scène et enseignante, elle acccompagne depuis douze ans presque toujours des artistes de théâtre.

L’invité spécial de cette année présentera aussi dans le cadre du Festival : Cinglée, de Céline Delbecq La Fontaine d’après Sylvain, de Georges Sylvain et Jean de La Fontaine

Et @Trente ans un spectacle axé sur une réflexion et une recherche collective.

Kevin Pierre

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.