Publicités
Richmond Johnson 20 février 2020

Alors que le président Jovenel Moïse a accusé l’opposition politique d’être à l’origine de la perpetration des actes d’insécurité dans le pays lors de son passage dans le Sud-est pour participer aux festivités carnavalesques à Jacmel, l’ensemble des organisations politiques de l’opposition a annoncé l’organisation d’une nouvelle marche pacifique ce vendredi continuer d’exiger le respect des droits fondamentaux du peuple haïtien.

Lors d’une conférence de presse présentée cette semaine dans la capitale haïtienne, Abel Loreston, l’un des porte-parole du regroupement des organisations politiques de l’opposition a annoncé l’organisation de cette marche pacifique ce vendredi 21 février pour dénoncer le phénomène de l’insécurité, l’impunité, l’injustice et la mauvaise gouvernance.

“Le dossier du kidnapping poursuit son chemin dans le pays. Les citoyens haïtiens ne peuvent plus rester enfermés chez eux. Nous sommes tous invités à participer à une nouvelle journée pacifique pour dénoncer le phénomène de l’insécurité qui sévit dans le pays. Le gouvernement a annoncé des mesures et jusqu’ici rien n’est encore fait pour freiner ce fléau. Pour celà, nous allons marcher dans la capitale haïtienne ce vendredi 21 février pour exiger le respect de nos droits.” A déclaré Abel Loreston porte-parole de l’ensemble des organisations politiques de l’opposition qui a profité pour critiquer le gouvernement démissionnaire qui a débloqué environ dix-neuf millions de gourdes pour l’organisation du carnaval national en refusant de payer les policiers qui à leurs tours seront chargés de surveiller les stands au Champ-de-Mars.

RICHEMOND Johnson

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils