Aller à la barre d’outils

Un policier confisque 10.000 USD à un couple aux USA pour une mauvaise réponse

 

Une phrase quelque peu méchante lancée contre un policier l’a poussé à suivre la loi de Virginie-Occidentale à la lettre, et à confisquer les biens de touristes en raison d’un soupçon d’intentions criminelles. Donc, un simple contrôle de la route s’est terminé par la confiscation de 10.000 dollars.

 

Dans la ville de Charles Town, aux États-Unis, les policiers ont confisqué 10.000 dollars à des touristes et ont refusé de leur rendre pendant trois mois, relate le site d’information nj.com.

 

Alors l’agent des forces de l’ordre a menotté Dimitrios Parlias, a fait quitter la voiture à sa femme enceinte et a appelé du renfort avec un chien pour rechercher des drogues. Malgré l’absence de mandat de perquisition, ils ont fouillé la voiture pendant deux heures. N’ayant pas trouvé de produits illicites, ils ont confisqué l’argent et les cartes cadeaux du casino, ne laissant au couple que deux dollars pour leur retour à la maison.

 

En juin, Dimitrios Parlias et Tonya Smith se dirigeaient à Charles Town pour se rendre dans un casino. En quelques jours, le couple du New Jersey a gagné plus de 10.000 dollars. Un jour, leur automobile a été arrêtée par un policier dans une banlieue de la ville. D’abord, il a contrôlé le permis de conduire, puis, il a ordonné au conducteur de sortir de la voiture et a demandé combien d’argent le couple avait dans le véhicule. Mais l’homme a refusé de répondre estimant que de pareilles questions n’étaient posées en principe que par les voleurs et non les policiers.

 

Pendant tout l’été, le couple a essayé de prouver sa bonne foi pour retourner l’argent gagné. Selon les lois de cet État américain, les autorités ont le droit de confisquer les possessions, s’il y a des raisons de soupçonner qu’elles puissent être utilisées pour violer la législation de l’État.

 

Les époux n’ont pas réussi à obtenir de réponse de la part de la police. Puis, les journalistes ont décrit ce cas dans la presse locale. Seulement après cela, la police a téléphoné aux victimes de ce contrôle et a retourné les biens confisqués, en expliquant qu’il avait enfin été prouvé que leurs actions ne présentaient pas d’intentions criminelles.

 

 

Par Robinson, JEROME

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :