Publicités
La Redaction 23 avril 2018

 

Mahmoud Abou Zeid, alias Shawkan, a été arrêté en 2013 alors qu’il couvrait la dispersion d’un sit-in antigouvernemental par les forces de l’ordre

Le photographe de 31 ans est poursuivi pour de multiples chefs d’accusation, dont ceux d’appartenance aux Frères musulmans, mouvement aujourd’hui illégal en Egypte, de possession d’armes à feu et de meurtre. Il risque la peine de mort. Shawkan, qui nie toutes les charges à son encontre, comparaîtra mardi pour une audience devant un tribunal, mais aucun verdict n’est attendu.

Le photo-journaliste égyptien Mahmoud Abou Zeid, connu également sous le nom de Shawkan, a obtenu, lundi 23 avril, le Prix mondial de la liberté de la presse 2018 décerné par l’Unesco, un choix critiqué par les autorités du Caire. Shawkan est emprisonné depuis son arrestation, le 14 août 2013, alors qu’il couvrait la dispersion d’un sit-in antigouvernemental par les forces de l’ordre. Des centaines de manifestants et plusieurs membres des forces de sécurité avaient été tués.

Le porte-parole de la diplomatie égyptienne Ahmed Abou Zeid avait ainsi déploré dans un communiqué que l’Unesco «récompense une personne accusée d’actes de terrorisme et d’infractions pénales».

Plusieurs centaines de personnes, dont trois journalistes, ont été tuées durant la dispersion sanglante du sit-in organisé à l’été 2013 pour protester contre la destitution par l’armée de l’islamiste Mohamed Morsi, premier président civil élu démocratiquement un an plus tôt, mais rapidement devenu impopulaire.

Aux côtés de plus de 700 co-accusés, Shawkan est jugé pour meurtre de policiers et de vandalisme. L’ONG Reporters sans frontières (RSF), qui a récemment organisé une campagne de soutien au photo-journaliste, a dénoncé la peine de mort requise par le parquet égyptien, le 3 mars contre Shawkan.

L’Egypte occupe la 161e place (sur 180 pays) au classement mondial 2017 de la liberté de la presse de RSF. Au moins 31 journalistes sont emprisonnés dans le pays selon l’ONG.

Le prix sera décerné le 2 mai prochain à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, a précisé l’Unesco.

Par ROBINSON, JEROME

jeromerobinson64@gmail.com

Twitter @patriotes86

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils