En dépit des différents appels des petits personnels de travail lancés au niveau de l’hôpital général pour une amélioration des conditions de travail inappropriées mise en place, le pouvoir central n’a toujours décidé à agir en faveur des appelants. Ce qui généralement mis en face, les proches des patients et les médecins au moment de leur travail.

Selon les informations rapportées par la radio vision 2000 ce lundi et confirmées par le président du syndicat des petits personnels travaillant à l’hôpital général, M. Lebien Joseph, un proche d’une patiente qui avait reçu des projectiles, a agressé physiquement un médecin dans l’enceinte même de l’hôpital général où le médecin en question s’occupait d’un autre cas qui était déjà sur sa responsabilité.

À l’origine de cet acte, les proches de la femme blessée auraient l’approché en lui demandant de consulter leur patiente, ce qu’il l’aurait refusé d’entrée. Face au refus du médecin, le parent de la femme blessée et admise sur le lit, a décidé de frapper violemment le médecin.

Grâce aux interventions des agents de police du sous-commissariat de l’hôpital général, l’agresseur a été maîtrisé et mis en garde à vue. Jusqu’à ce matin lundi où le président du syndicat des petits personnels intervenait sur les ondes de la radio Vision 2000, l’agresseur était en prison.

D’un autre côté, les personnels de travail de l’hôpital général ont annoncé qu’ils vont entrer en grève générale jusqu’à forcer le gouvernement haïtien à prendre en charge leur cas en dépit des différents appels à des améliorations. S’il n’ont pas précisé la date exacte de cet arrêt de travail pour cause de mauvaises conditions, ils ont par ailleurs essayé de lancer cette mise en garde afin d’éviter le pire, car disent-ils, privé des personnels de travail, aucun médecin généraliste ne sera en mesure de travailler correctement.

RICHEMOND Johnson

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.