Un candidat à la présidence tunisienne emprisonné trois semaines avant les élections

Le candidat à la présidence tunisienne, Nabil Karoui, a été placé en garde à vue par un tribunal qui avait ordonné sa mise en détention pour blanchiment d’argent.

Qalb Tounes (Coeur de la Tunisie), le parti politique dirigé par Karoui, a exhorté les sympathisants du magnat des médias âgé de 56 ans à défendre leur candidat contre les pratiques fascistes du Premier ministre tunisien Youssef Chahed, l’un des quelque 30 candidats dans la course présidentielle du 15 septembre.

Le ministère tunisien de l’Intérieur a déclaré qu’un mandat d’arrêt avait été émis par une cour d’appel à Tunis contre Nabil et Ghazi Karoui. Une équipe de policiers de l’administration générale de la sécurité nationale l’a arrêté en exécution de la décision du tribunal. La chaîne de télévision Nessma, dirigée par Karoui, a annoncé que le candidat avait été arrêté le 23 août alors qu’il se rendait de Tunis à Beja, dans le nord du pays. Ghazi Karoui, frère et associé de Nabil Karoui dans les affaires, a également été inculpé, n’a pas été arrêté le 23 août.

Un conseiller voyageant avec Karoui a publié sur les médias sociaux une vidéo de son arrestation, affirmant que le candidat le plus populaire, Karoui, avait été enlevé par la police de Chahed pour le mettre à la porte des élections. L’arrestation a eu lieu neuf jours avant le début de la campagne électorale en Tunisie et trois semaines avant les élections présidentielles du 15 septembre.

En juillet, un juge a décidé d’empêcher Nabil et Ghazi Karoui de voyager à l’étranger après des semaines d’enquête sur des accusations de blanchiment d’argent et d’évasion fiscale. L’affaire aurait été initiée par l’association civique de la transparence locale “I Watch” pour suspicion d’évasion fiscale et de blanchiment d’argent à l’encontre de sociétés appartenant à Karoui en Algérie, au Maroc et au Luxembourg.

La porte-parole de Qalb Tounes, Samira Chaouachi, a déclaré que l’incident était une arrestation politique visant à maintenir Karoui hors de la course à la présidence. Cependant, un responsable gouvernemental a insisté sur le fait que c’est une affaire judiciaire qui n’a rien à voir avec le gouvernement et qui a été prise à la suite d’une plainte déposée par une organisation de la société civile.

La chaîne a été accusée par les régulateurs de se positionner pour influencer les organes gouvernementaux et l’a réprimandée pour ne pas avoir rendu publique la liste de ses actionnaires. Le syndicat des journalistes tunisiens a accusé Karoui d’avoir bafoué la loi en utilisant ses liens avec des hommes politiques et des hommes d’affaires influents.

Le sondage de juin a révélé que Qalb Tounes pourrait remporter 29,8% des suffrages aux élections législatives, contre 16,8% à Ennahda. Le sondage a également montré que Karoui était en tête des élections présidentielles. Chahed a vu les faveurs de son parti, Tahya Tounes, chuter de 16,5% en mai à 8,6% en juin.

Il n’est pas certain que la candidature de Karoui survivra à ses problèmes avec le pouvoir judiciaire mais à moins d’une peine de prison dans un délai de trois semaines, il ne sera pas empêché de se présenter, même s’il est emprisonné.

Robinson Jerome

Twitter : @robinsonjerome8

Gmail : jeromerobinson64@gmail.com

Auteur : Robinson Jerome

Nom: JEROME PRÉNOM : ROBINSON E-mail : jeromerobinson64@gmail.com Twitter : @patriotes86 Bio: Journaliste communicateur Diplômé depuis 2008 à L'ISNAC Ce métier est ma passion Phone: (+509) 3498-3823/ 3725-5487

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.