Trois roquettes ont touché l’enceinte de l’ambassade Étasunienne à Bagdad, selon un responsable Étasunien

Publicités
CP: The Guardian

Trois roquettes ont frappé dimanche le complexe de l’ambassade Étasunienne à Bagdad, faisant un blessé, a indiqué un responsable. Le responsable a déclaré que la blessure était mineure et que l’individu était depuis retourné au travail. Un porte-parole du Département d’Etat a déclaré dimanche soir qu’il était au courant des informations faisant état de roquettes atterrissant dans la zone internationale , mais ne s’est pas adressé à l’ambassade Étasunienne elle-même. Le Département d’État n’a pas répondu à une question quant à savoir si des employés de l’ambassade avaient été blessés.

Il y a eu de nombreuses attaques à la roquette contre la zone verte de Bagdad, où se trouvent les ambassades des États-Unis et de plusieurs autres pays occidentaux, et la zone qui l’entoure ces derniers mois. Cependant, l’ensemble de l’Irak est en état d’alerte accru, car les tensions entre les États-Unis et l’Iran ont considérablement augmenté ces dernières semaines après le meurtre par les États-Unis du général iranien Qasem Soleimani et l’attaque par missile de représailles de l’Iran contre une base irakienne abritant des troupes américaines.

Le Département d’État n’a pas directement blâmé Téhéran pour les tirs de roquettes dans la capitale irakienne, mais la déclaration du porte-parole a fait référence aux menaces iraniennes dans la région et aux attaques passées des milices soutenues par l’Iran contre les intérêts Étasuniens. Il n’y a eu aucune revendication immédiate de responsabilité dans l’attaque. La situation en matière de sécurité reste tendue et les groupes armés soutenus par l’Iran restent une menace. Donc, nous restons vigilants , a déclaré le porte-parole. Depuis septembre, il y a eu plus de 14 attaques de l’Iran et des milices soutenues par l’Iran contre le personnel Étasunien en Irak, selon le département d’État.

Le porte-parole a déclaré que le Département d’État ne commenterait pas davantage la situation en matière de sécurité à Bagdad.

La zone verte de Bagdad a été initialement creusée dans le centre de Bagdad par les forces dirigées par les États-Unis après leur invasion de l’Irak en 2003 et est largement considérée comme un endroit sûr, bien qu’elle soit fréquemment la cible d’attaques à la roquette. Plus tôt ce mois-ci, l’ambassade Étasunienne a été le théâtre de manifestations de masse en réponse aux frappes aériennes américaines contre un groupe de miliciens soutenu par l’Iran fin décembre.

Robinson Jerome

Twitter : @robinsonjerome8

Gmail : jeromerobinson64@gmail.com

Publicités