Archives par mot-clé : OHDH

Des organisations des droits humains demandent la révocation de la commission scientifique

Plusieurs organisations des droits humains demandent la révocation de la commission scientifique qui gère la crise de la covid-19 à travers le pays. Cette demande est faite lors d’une conférence de presse le vendredi 22 mai 2020, où plusieurs organisations forment une alliance qui porte le nom d’ Alliance des Organisations de Défense, de Promotion et de Protection des Droits de la Personne.

Cette démarche vise à porter main forte à la population en ces temps difficiles, selon les conférenciers la gestion de la commission contre la pandémie est catastrophique. Ils declarent que deux mois après le lancement de l’État d’urgence sanitaire dans le pays aucunes actions concrètes ne sont faites. Pour eux la commission a faillit à sa mission qui était d’empêcher la propagation du virus et de limiter les dégâts.

En outre, l’alliance propose la création d’une autre commission pour la gestion de la crise. Elle soumette des noms, qui selon elle peut apporter de meilleurs resultats. Parmis les noms cités, elle propose:
-Dr Josette Bijoux, Dr Junot Felix, Dr Inesse Joseph, Dr Esther Ardouin, Dr Ernst Noël, Jean Baptiste Georchemy (Pharmacien), Mme Baïna Bélo, Mme Mirlande H. Manigat, Fritz Alphonse Jean (Économiste) et Thomas Lalime (Économiste) pour cette nouvelle commission.

L’Alliance des Organisations de Défense, de Promotion et de Protection des Droits de la Personne est composée de JUSTICE ET SOLIDARITÉ-(JS), ACTION UNIVERSELLE DES DROITS ET LIBERTÉS (Act’UDL), OBSERVATOIRE HAITIEN DES DROITS HUMAINS (OHDH), ORGANISATION POUR LE SOUTIEN DE L’ENFANCE ET LES VIES (OSEVI), OGANIZASYON LIMYÈ NAN LAVI FANM (OLLAF), ACTION CONCERTÉE POUR LA PROMOTION, LA DÉFENSE DES DROITS HUMAINS (ACPRODDH) ET ASSOCIATION NATIONAL DES JURISTES HAÏTIENS ( ANAJUH).

Rappelons que le gouvernement a décrété l’État d’urgence sanitaire dans le pays depuis le 19 mars dernier. À dâte le pays compte plus de 812 cas, 765 cas actifs, 22 cas guerris et 25 morts de la covid-19.

Marvens SÉNÈQUE
marvensseneque0@gmail.com
Twitter: @Marvensseneque1
PRESSLAKAY

Publicités

OHDH exprime son inquiétude face à l’aggravation de la crise haïtienne et le non-respect des droits de la population

 

L’Observatoire Haïtien des Droits Humains (OHDH) se dit inquiet face à la situation de crise politique qui sévit dans le pays. Et dénonce la prise en otage de la population par l’exécutif et l’opposition politique.

L’organisme de promotion et de défense des droits humains dit constater que le Président de la république ne dirige plus rien et se trouve dans l’incapacité la plus totale à assumer ses responsabilités constitutionnelles. Alors que la situation de crise se détériore davantage.

<< Face à cette incapacité chronique à diriger, le Président de la république se comporte plutôt comme un observateur au lieu de prendre des dispositions pour juguler et voir résoudre cette crise dont les conséquences sont de plus en plus néfastes pour les droits humains >> se désole l’OHDH.

La situation du pays n’a jamais été aussi grave que maintenant déplore l’organisme des droits humains. La vie est banalisée. Les assassinats, les exécutions sommaires, L’insécurité galopante, les actes de violences deviennent de plus en plus des pratiques de notre quotidien sous les yeux complices des autorités amorphes et moribondes.

La situation économique du pays va de mal en pire et frôle la catastrophe. les droits civils et politiques au même titre que les droits sociaux et culturels sont de plus en plus bafoués par des autorités qui se comportent plutôt comme jouisseurs que des garants des droits de l’homme, indique l’OHDH.

Tout en appelant à la cessation des actes de violences, la répression politique et au respect des droits fondamentaux de tous, L’Observatoire Haïtien des Droits Humains exhorte les autorités à assumer leurs responsabilités.

 

Francky Belfort

La liberté de la presse un combat continuel dans la presse haïtienne



L’Observatoire Haïtien des Droits Humains (OHDH), organisation haïtienne d’Observation, de Promotion et de Défense des droits humains salue le travail de la presse haïtienne dans la lutte pour l’instauration de la démocratie via la liberté d’expression en Haïti, à l’occasion de la journée mondiale de la liberté de la presse, ce 3 mai 2018.

L’Observatoire renouvelle son attachement à la liberté de la presse, corollaire de la liberté d’expression, droit fondamental, dont son respect est nécessaire pour l’effectivité de l’Etat de droit et de la justice dans toute démocratie.

L’Observatoire Haïtien des Droits Humains (OHDH) en guise de célébration, exprime sa plus grande solidarité à la presse haïtienne en général et à la famille du photojournaliste Vladjimir LEGAGNEUR en particulier, disparu depuis le 14 mars dernier dans l’exercice de sa profession.

L’Observatoire Haïtien des Droits Humains (OHDH) invite la presse haïtienne à garder le cap dans son travail d’éducation et de promotion des droits de l’homme, en dépits des dangers dans l’exercice de la profession pour l’effectivité de l’Etat de droit dans le pays.

A l’occasion de la journée mondiale de la liberté de la presse, ce 3 mai 2018, L’Observatoire Haïtien des Droits Humains (OHDH), organisation haïtienne d’Observation, de Promotion et de Défense des droits humains, au nom du droit à la vérité, exhorte les autorités gouvernementales haïtiennes à tout mettre en œuvre non seulement pour que la liberté de la presse soit respectée et les journalistes protégés, mais aussi pour retrouver le photojournaliste Wladimir LEGAGNEUR disparu depuis le mois de mars 2018 et traduire devant la justice répressive tous les auteurs de cet acte.

OPERATION POLICIERE A GRAND RAVINE : L’OBSERVATOIRE HAÏTIEN DEPLORE LA MORT DES POLICIERS ET DES CIVILS INNOCENTS ET RECLAME UNE ENQUETE JUDICIAIRE…

NOTE DE PRESSE

OPERATION POLICIERE A GRAND RAVINE : L’OBSERVATOIRE HAÏTIEN DEPLORE LA MORT DES POLICIERS ET DES CIVILS INNOCENTS ET RECLAME UNE ENQUETE JUDICIAIRE…

Port-au-Prince, le 15 novembre 2017.- L’Observatoire Haïtien des Droits Humains (OHDH) déplore la mort de deux policiers et de plusieurs civils innocents, dont le nombre est à confirmer, lors de l’Opération policière menée à Grand Ravine ce lundi 13 novembre 2017 contre des bandits armés.
L’Observatoire Haïtien des Droits Humains (OHDH) condamne la stratégie sécuritaire du Haut-Commandement de la Police Nationale d’Haïti (PNH) qui expose de plus en plus les agents de police dans l’exercice de leur fonction. L’OHDH dénonce du même coup la méthode des agents de la PNH qui, lors des opérations policières, attaquent et tuent des civils innocents en signe de représailles aux attaques armées des bandits. Cette méthode, qui viole les droits fondamentaux des personnes civiles et qui n’a rien à voir aux interventions policières, écarte de plus en plus la Police Nationale d’Haïti (PNH) de sa mission, celle de Protéger et Servir.
L’OHDH regrette la mort de certains personnels et élèves du Collège Evangélique Maranatha, victimes probablement, d’une vengeance policière sans précédent et la détention arbitraire du directeur dudit Collège, Ing. Armand LOUIS. L’Observatoire condamne avec véhémence l’attitude du gouvernement et de la Police Nationale d’Haïti (PNH) qui ont, délibérément et par mépris pour la dignité humaine, ignoré les victimes civiles innocentes, lors de cette opération.
L’Observatoire Haïtien des Droits Humains (OHDH) exhorte les autorités policières à changer de stratégie en vue de protéger les agents d’une part et les civiles d’autre part lors des opérations policières contre les bandits armés. L’OHDH exige une enquête administrative et judiciaire pour fixer les responsabilités dans ce qui s’est passé lors de cette opération à Grand-Ravine et à l’Ecole Evangélique Maranatha.

Pour l’Observatoire,

Me Joinet MERZIUS, Av.
Spécialiste en droit Int. des droits de l’homme
Coordonnateur Général