Archives par mot-clé : Jocelerme Privert

Hausse des prix de scolarité : plusieurs plaintes déposées au parquet de Port-au-Prince

 

La situation difficile que confronte les haïtiens avec la montée du dollar américain, la dépréciation de la monnaie nationale, le taux de l’inflation qui grimpe à grand pas et le chômage qui torpille, poussent les parents des écoliers haïtiens à prendre une nouvelle voie dans la façon dont les directeurs d’écoles ont décidé d’augmenter les frais de scolarité chaque année.

Face à cette situation sombrante, plusieurs parents des écoliers haïtiens ont décidé de saisir le parquet de Port-au-Prince cette semaine pour déposer plus d’une centaine de plaintes contre des directeurs d’écoles qui ont décidé de façon unilatérale sans consulter les lois relatives à cette affaire, d’augmenter à grande échelle les frais de scolarité au début de chaque année académique.

Confrontés à la situation économique désastreuse du pays, ces parents ont déposé des plaintes par le fait qu’une loi avait votée en 2009 au parlement et publiée le 3 janvier 2017 par l’exécutif de Jocelerme Privert relatif à la façon dont les directeurs des établissements scolaires devraient procéder pour revaloriser à la hausse les frais de scolarité.

Ayant constitué en homme de loi, le commissaire du gouvernement près le tribunal de première instance de Port-au-Prince, Me Paul Éronce Villard qui a confirmé l’information à la presse ce mercredi, ne peut donner aucune suite légale relative à ce dossier dit-il, en raison que les lois haïtiennes ont tracé le chemin que doivent parcourir les parents pour dénoncer légalement les directeurs d’écoles. Demandant en tout premier lieu à ces plaignants de déposer ces plaintes au ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle qui lui-même, va les acheminer au parquet de Port-au-Prince pour faire ce que de droit. A précisé le représentant de la société dans le judiciaire.

A l’approche de la fin de l’année académique 2018-2019 qui s’achève ce vendredi pour annoncer la nouvelle année scolaire, les parents se frottent les mains afin de s’en prendre aux nombreux directeurs d’institutions scolaires qui semblent vouloir déterminer à augmenter sans prendre en considération la loi proposée par l’ancien sénateur Kelly Claidor Bastien en 2009 et publiée le 3 janvier 2017 par le président provisoire Jocelerme Privert relative à l’augmentation des frais scolaires.

RICHEMOND Johnson

Publicités

Voiture incendiée, six morts dont quatre brûlés vifs dans les Nippes, Jocelerme Privert déplore ce drame et appelle les autorités à agir

Six personnes ont été tuées entre Anse-À-Veau et Petite-Rivière de Nippes ce lundi matin dans le département des Nippes dont 4 par des individus armés circulant à bord d’un véhicule Land Cruiser Toyota appartenant à un député de la 50e législature lors d’une manifestation de rue pour exiger aux autorités concernés de l’eau potable.

Cet incident malheureux a été produit ce lundi au moment où 8 individus à bord de ce véhicule qui appartenait au député de Plaisance du Sud Claude Guillaume, ont heurté sur une barricade érigée par des manifestants qui exigent des autorités haïtiennes de l’eau potable et ces occupants du véhicule du parlementaire ont ouvert le feu sur eux et tué deux d’entre eux. Remonté et agacé contre les réactions des gens circulant dans la voiture du parlementaire qui ont tué deux habitants vivant à Petite Rivière de Nippes, une bonne partie de la population a brûlé vif 4 des huit des partisans du député de la commune de plaisance du Sud se trouvant dans le véhicule. La voiture du représentant de la commune de Plaisance du Sud au niveau du parlement haïtien a été complètement incendiée.

Face à cette situation, l’ancien président provisoire de la République d’Haïti entre février 2016 à février 2017, Jocelerme Privert, s’est dit préoccupé par cet incident qualifié de regrettable et dramatique estime-t-il, causant la mort tragique d’au moins six personnes ce lundi dans son département d’origine. Profitant également pour exiger que les lumières soient faites par les autorités compétentes sur ce dossier important.

Selon le juge de paix de la commune, Claudy Vilsaint qui intervient sur les ondes de la radio Vision 2000 cet après-midi, quatre autres individus impliqués dans cette affaire ont été arrêtés par la police locale et ils sont pour le moment au commissariat de Miragoâne pour les suites nécessaires. Par ailleurs, il dit avoir verbalisé le décès de ces quatre individus brûlés vifs et deux autres tués par balles des partisans du député.

Le commissaire divisionnaire du département des Nippes Hyacinthe Louis Edner, a confirmé la saisie de trois armes à feu trouvant à bord du véhicule du député Claude Guillaume.

Rappelons que le député de la commune de Plaisance du Sud et De Petit-Tou de Nippes, Claude Guillaume n’était pas à bord de ce véhicule incendié par les habitants D’Anse-À-Vau et de Petite Rivière.

RICHEMOND Johnson

Daly Valet traite de “Ti visye et sanwont” ceux qui soutiennent encore le président Jovenel Moïse

 

Absent de la scène médiatique depuis quelques mois sans évoquer les principales raisons qui ont provoqué ce mutisme, le journaliste senior de la presse haïtienne qui faisait l’usage de son compte Facebook à chaque fois qu’il voulait intervenir dans des sujets relevant sa compétence, a frappé fort ce mardi en analysant la situation qui s’était produite à l’Archaïe samedi dernier où la mairesse de la Cité du drapeau Rosemila Petit-Frère dans son discours de circonstance, a envoyé des flèches à l’encontre du président Jovenel Moïse.

 

Très remonté lors de sa lecture, l’ancien journaliste vedette de l’espace Vision 2000 à l’écoute, a fustigé le comportement des gens de la classe moyenne et de la bourgeoisie haïtienne qui soutiennent le président de la République qui de nos jours dégoûté par la majorité de la population en raison de ses nombreuses promesses et la mauvaise gouvernance. Pour le patron de radio Trans Inter, le chef de l’État peut avoir des “tivisye” de la bourgeoisie haïtienne qui le soutiennent et qui refusent de lui dire la vérité et des “sanwont” qui ont dépourvu de l’estime de soi face à la situation du pays qu’ils ont contribué à aggraver au jour le jour.

 

<< Il peut avoir des ” Ti visye ” profiteurs de la bourgeoisie, des classes moyennes qui le soutiennent. Cependant, reconnaîssons que notre président ne mérite point l’estime populaire. C’est le plus grand mal-aimé de l’histoire politique contemporaine haïtienne. Avec un bilan économique, social et politique aussi désastreux, les soutiens les plus cyniques et insouciants du président devraient se sentir gênés d’avoir contribué à cet effondrement accéléré du pays. Autrement, ils ne sont que des “sanwont” dépourvus de tout estime de soi et du moindre sentiment d’appartenance à une communauté souffrante>> a écrit Daly Valet.

 

Parallèlement, l’analyste politique a critiqué les politiciens haïtiens qu’il traite de “odasye” qui, d’après lui ont pillé la richesse du pays à grande échelle et qui pensent pouvoir faire la leçon à Jovenel Moïse. “Ses opposants sont féroces avec lui. Des politiciens, “odasye” et amnésiques, qui, hier au pouvoir, ont tué, volé, pillé et saccagé le pays à grande échelle, croient pouvoir faire la leçon à Jovenel Moïse.” a lâché l’ancien conseiller du président provisoire Jocelerme Privert au palais national de 2016 à 2017.

RICHEMOND Johnson

Haiti-Pétrocaribe L’OEA devrait se prononcer sur Pétrocaribe

Le Bureau des Organisations de Défense des Droits Humains (BODDH) a récemment soumis le dossier Pétrocaribe aux dirigeants de l’Organisation des Etats Américains (OEA). Le principal dirigeant du BODDH, Jackseus Joseph, souhaite que l’épineux dossier de dilapidation de plus de 3.8 milliards de dollars soit à l’ordre du jour des débats entre les chefs d’état participant au sommet des Amériques.

Le sommet sur la lutte contre la corruption sera lancé le 12 avril 2018 à Lima (Pérou).

L’ex conseiller électoral souhaite que les chefs d’état adopteront une résolution pour favoriser l’entraide entre les états sur le dossier Pétrocaribe. Il faut une entraide policière, judiciaire et bancaire entre les pays pour appuyer les efforts visant à faire la lumière sur la mauvaise gestion des fonds, a laissé entendre M. Joseph.
La démarche doit permettre de retracer les fonds, de les geler et de les restituer à l’état haïtien, insiste t-il.

Il s’agit d’une nouvelle étape dans la mobilisation des organisations de la société civile pour qu’une procédure judiciaire soit réalisée afin d’identifier les coupables de la dilapidation de plus de 3.8 milliards de dollars américains entre 2008 et 2016.

Dans le cadre d’une première étape plusieurs citoyens avaient porté plainte auprès des tribunaux haïtiens afin de déclencher une procédure judiciaire contre des anciens membres du gouvernement haïtien.

Le juriste révèle que les citoyens ayant déposé des plaintes ainsi que leurs avocats sont régulièrement l’objet de menace. Il sollicite une résolution de l’OEA afin d’encourager les autorités haïtiennes à protéger les citoyens ayant porté plainte.

Contrairement aux recommandions de la commission sénatoriale spéciale, le BODDH réclame des poursuites judiciaires contre les ex présidents Michel Martelly et Jocelerme Privert.

De l’avis de M. Jackseus ces deux personnalités étaient impliquées dans le détournement des fonds alloués dans le cadre d’un accord entre Haiti et le Venezuela.

L’Interdiction de depart émise à l’encontre de Camille Edouard Junior est levée

 

Le Chef du Parquet de Port-au-Prince, Ocnam Clamé Daméus, décide de lever la mesure d’interdiction de départ émise à l’encontre de l’ancien ministre de la justice durant la présidence de Jocelerme Privert.

 

Me. Camille Edouard Junior a été interdit de quitter le pays en octobre 2017 dans le cadre d’une enquête préliminaire, ce que l’ancien garde des sceaux de la République avait qualifié d’intimidation politique.

Nous devons rappeler qu’Yves Romains Bastien, ancien ministre de l’Economie et des Finances étaient lui aussi concerné par cette décision. L’ancien grand argentier de la République avait répondu à l’invitation du Parquet ; juste après son audition la mesure prise contre lui a été levée