Publicités
Robinson Jerome 19 mars 2019

Après ce que nous avons vécu hier, le peuple a le droit de se demander sous quel régime sommes-nous? Les députés qui sont des élus comme les sénateurs le sont aussi, font une très bonne mise en scène, mais que nous n’ arrivons pas encore à comprendre. Pour plus d’un le Ministre Céant est bien en poste, mais pour d’autre c’est du passé.

Présentait le régime semi-présidentiel comme un modèle distinct des modèles purs que sont le régime parlementaire et le régime présidentiel. Il le caractérisait par l’existence d’un Président élu par le peuple et ayant de réels pouvoirs et d’un Premier ministre responsable devant le Parlement. Pour lui, la notion de régime semi-présidentiel présentait avant tout un intérêt analytique, même s’il soulignait alors que des constitutions relativement homogènes sont appliquées de manière radicalement différentes.

Trente trois (33) ans plus tard, la démarche analytique, nous semble toujours être au cœur de cette branche de la science politique qui peut être qualifiée d’analyse institutionnelle comparée. La notion de régime présidentiel a également conservé sa pertinence, à condition toutefois de l’amender sensiblement, en distinguant deux sous-types de régime présidentiel, selon que la constitution accorde ou non au Président le pouvoir formel de renvoyer le Premier ministre.

Une fois cette distinction présentée, nous développerons l’idée selon laquelle le Président tire l’essentiel de ses pouvoirs de l’ascendant qu’il exerce sur le parti majoritaire, de manière étonnante, largement ignoré la question, en énumérant les conditions qui favorisent la présidentialisation des partis.

Cette hypothèse théorique devra cependant être validée empiriquement, en comparant notamment le profil des Premiers ministres des régimes semi-présidentiels à ceux des régimes parlementaires, dans un régime parlementaire, les électeurs ne choisissent pas directement l’exécutif, puisque ce sont les partis politiques qui ont le pouvoir de nommer et de renverser le Premier ministre.

Celui-ci et le gouvernement qu’il dirige sont issus de la majorité parlementaire, et restent en fonction tant qu’ils disposent de la confiance de cette majorité. En revanche, dans un régime présidentiel, le chef de l’exécutif ne procède pas du parlement, puisque le Président est, comme l’Assemblée, élu au suffrage universel direct. En outre, la durée du mandat présidentiel est fixée par la constitution et l’Assemblée ne saurait le renverser. Dans le régime semi-présidentiel moniste, le Premier ministre et le gouvernement ne sont pas formellement responsables devant le Président ; ils ne sont responsables que devant l’Assemblée.
dans le régime semi-présidentiel dualiste, le Premier ministre et le gouvernement sont formellement responsables à la fois devant le Président et devant l’Assemblée.
En approfondissant la notion de régime semi-présidentiel et en examinant l’impact des différentes variétés de régimes semi-présidentiels sur les partis, nous avons utilisé en même temps deux des apports majeurs à la science politique. Il en est ainsi de la distinction entre régime semi-présidentiel et régime parlementaire mais aussi du rôle des partis politiques, vecteurs clés de l’influence du Président sur le gouvernement, et par extension sur tout le processus démocratique.

Robinson, JÉRÔME

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils