SOS Villages d’Enfants Haïti lance un  cri d’alarme aux autorités haïtiennes en faveur des femmes et filles.



Dans le cadre de la Journée Internationale de la femme, le 8 mars, SOS Villages d’Enfants Haïti se joint à la commémoration de la lutte des femmes pour leurs droits et réaffirme son engagement à continuer à rendre visible la situation d’inégalité sociale, économique et politique par déterminants de genre.
À cette occasion, l’organisation cherche à souligner la situation dans laquelle vivent les filles, les adolescents et les jeunes. En raison de leur âge, ils sont exposés à un plus grand risque de violation et sont plus souvent victimes de situations d’oppression, qui se manifestent par le contrôle de leur liberté de prendre des décisions dans tous les aspects de leur vie.


Les filles et les adolescentes subissent régulièrement de multiples pressions sociales pour exprimer leur autonomie. Des modèles basés sur des stéréotypes et des mythes définissent les attentes concernant les manières d’être, d’agir, de parler, de s’habiller et de décider. Cela rend difficile pour les jeunes femmes de mener à bien des projets de vie autonomes fondés sur leurs désirs, leurs intérêts et, principalement, leurs droits. d‘autre part, l’accès limité à la formation technique et universitaire dans les domaines où prédomine la participation masculine est un obstacle à l’intégration de certains secteurs, laissant de côté leurs droits et leurs capacités. Il en va de même au niveau de la participation active aux espaces publics et à la prise de décision, où les conditions d’inégalité et de discrimination fondée sur le sexe deviennent des obstacles à l’exercice de leurs droits.


Dans ce cadre, SOS Villages d’Enfants Haïti travaille à la recherche de relations égales entre hommes et femmes. L’organisation mène des actions pour promouvoir des espaces de plaidoyer pour la reconnaissance des droits des femmes, encourage le renforcement de la participation des adolescents et des jeunes aux espaces publics, en tant qu’action essentielle pour la transformation sociale, et crée des espaces de sensibilisation avec adolescents et jeunes hommes, travaillant au développement de masculinités alternatives qui conduisent à changer les relations asymétriques et les rôles de genre socialement établis et reproduits.


L’égalité des droits a permis de nombreuses réalisations, mais il reste encore beaucoup à faire. Les organisations, l’État et la société dans son ensemble peuvent contribuer à ce que les filles, les adolescents et les jeunes aient un présent et un avenir sans aucune forme de discrimination ni de violence.
Cette année, SOS Villages d’Enfants Haïti lance une campagne visant à rendre visible la situation d’inégalité vécue au quotidien par les filles, les adolescents et les jeunes, et qui limite leur développement et le plein exercice de leurs droits.

Helonie Lucien

Auteur : Lucien Helonie

Lucien Helonie ,Journaliste Reporter et Presentatrice Tel: (509) 37181379 Email: lucienhelonie@gmail.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.