Si Jean-Jacques DESSALINES était là, il aurait 260 ans aujourd’hui.

 

Le monde révolutionnaire dans l’étendue des faits historiques qui se sont succédés n’aura jamais oublié des noms qui l’ont marqué, des êtres humains qui ont mené de grands combat pour le libérer de la servitude depuis la naissance du système de l’esclavage imposé en grande partie par les pays de l’Europe, dont la France en premier.

Un jour comme celui d’aujourd’hui, un grand homme de l’histoire de l’humanité a vu naître, un rude troupier et un fervent artisant et défenseur de la liberté des noirs. Il s’agit bien de Jean-Jacques DESSALINES, né le 20 septembre 1758 à Grande Rivière du Nord. Il était un esclave d’origine afro-caribéenne élevé par sa tante Victoria Montou surnommée Gran Toya.

 

Après plus d’un siècle d’esclavage où ses arrières parents et ancêtres ont été livrés à la torture, très jeune Dessalines avait décidé de s’acoquiner aux côtés de Toussaint Louverture avec le grade de Lieutenant lors de la guerre des couteaux (1799-1800) pour porter le flambeau de la révolution à Saint-Domingue, ancienne plus riche colonie de la métropole francaise dirigée d’alors par Napoléon Bonaparte. C’est lui qui avait pris en charge la lutte pour la liberté après l’arrestation suivie de la déportation de Toussaint pour la France. Il est mort à l’âge de 48 ans le 17 octobre 1806 au Pont-Rouge suite à un lacet tendu pour lui. Ancien dirigeant haïtien de 1er janvier 1804 à 17 octobre 1806, Jean-Jean Duclos de son vrai nom n’a pas eu assez de temps pour mettre en jambe une jeune nation à peine libérée de l’esclavage.

 

212 ans après sa mort, le pays n’a jusqu’ici produit aucun leader de la trempe de Jean-Jacques DESSALINES.

 

RICHEMOND Johnson
@richemond85

Auteur : Richmond Johnson

Richmond Johnson richmond85@gmail.com Twitter: @richmond85 Tel: 509 3630-4052 / 509 4009-0452

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.