Publicités
La Redaction 8 juin 2018

Le point G, un mythe ou réalité ? Voie ultime pour atteindre l’orgasme ou pas ? Découvrez tous les secrets du point G avec notre expert Nadia Saint Fort, médecin-sexologue.


LE POINT G, QU’EST-CE QUE C’EST ?
C’est un gynécologue allemand, Ernest Grafenberg, qui l’a formellement identifié dans les années 1940. Selon lui, le point G serait une zone du vagin, située à environ 3 cm de l’entrée, reconnaissable à son aspect bombé et sa muqueuse un peu plus râpeuse que sur les autres zones de cette partie intime. Pour le trouver, il suffit de vous allonger sur le dos et d’introduire un doigt dans votre vagin en le recourbant vers le haut. Vous pouvez également demander à votre partenaire de le faire. D’ailleurs, ce geste peut-il procurer du plaisir ? “Pas vraiment, d’après Nadia Saint Fort, médecin-sexologue, sa stimulation n’a pas forcément un effet extraordinaire».

LA STIMULATION DU POINT G PROVOQUE-T-IL UN ORGASME ?
«La stimulation du point G provoque bien un orgasme chez 10 % des femmes, mais chez les 90 % autres, elle entraîne au mieux un effet agréable sans plus », rappelle Nadia Saint Fort.

Pour atteindre l’orgasme, stimulez les autres zones du vagin : l’entrée, l’arrière, les côtés, le fond… Leur excitation aussi suscite du plaisir. « Ne vous acharnez pas sur ce point G qui fait fantasmer mais ne mène pas à l’orgasme aussi souvent qu’on le croit !», conclut la sexologue.

COMMENT STIMULER LE POINT G ?
Le point G peut n’être perceptible que lorsqu’il se gonfle d’excitation. Le mieux est d’exercer une pression douce et appuyée, une sorte de massage de cette zone.

“L’exploration du point G se pratique après des préliminaires ayant fait monter l’excitation. Car, pour que sa stimulation déclenche des sensations de volupté, il faut bien évidemment que vous soyez en état d’excitation » rappelle Nadia Saint Fort,

Le point G se trouve juste en arrière de l’urètre, qui conduit l’urine de la vessie vers l’extérieur. Quand cette zone gonfle, sous l’effet de la stimulation, elle appuie sur l’urètre, ce qui entraîne un “faux besoin d’uriner”. Cette sensation, pas forcément agréable à première vue, est souvent annonciatrice de l’orgasme. Elle empêche certaines femmes d’accéder pleinement au plaisir, car elles demandent à leur partenaire d’arrêter, de peur d’uriner. « Pour limiter cet inconvénient, il est important d’uriner avant une relation sexuelle, afin d’être tranquille », rappelle la sexologue.

 

BRUTUS Robenson

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils