Scandale de mariage frauduleux: Le fils de l’ancien sénateur Andris Riché dément avoir été fraudé

Image d’illustration pour l’article. CP: lacapitale.be

Alors qu’une délégation haïtienne a laissé ce lundi 29 juillet pour se rendre aux Îles Bahamas dans le but d’enquêter sur le scandale du mariage faux qui aurait été planifié par des anciens diplomates haïtiens dont Adras Riché qui accréditait à l’ambassade d’Haïti à Bahamas, l’intéressé est intervenu sur les ondes de la radio Méga ce mercredi soir à l’espace “Boukante Lapawòl” pour apporter quelques précisions et dénoncer une manoeuvre.

Selon ce qu’a rapporté le journal « The Nassau Guardian » la semaine dernière, des officiels haïtiens accrédités à Bahamas ont arrangé les mariages de Willy Exama, 24 ans, vivant à Port-au-Prince, Haïti, et Bridney Johnson, 19 ans, vivant à Yellow Elder le 21 Mai dernier et Anslene Nicolas, 23 ans, vivant à Greenwood Road, et Bernard Musgrove, 19 ans, vivant lui-même à Palm Beach Street le 11 juillet 2019.

Pour rétorquer à ces accusations de corruption dont il fait l’objet, Adras Riché, fils de l’ancien sénateur de la Grande-Anse Andris Riché, a utilisé les tuyaux de la presse pour se défendre et clamer son innocence. Selon ses déclarations, les ressortissants haïtiens cités par le journal bahaméen avaient toutes les pièces recommandées pour contracter un mariage aux Bahamas.
” Les mariés possédaient tous les documents exigés et leurs extraits de mariage ont été enregistrés dans les archives et c’est un officier légalement constitué qui avait organisé les mariages”, défend Andras Riché qui affirme que lors du premier mariage, il était en voyage en Haït et c’est delà qu’Exama l’un des mariés lui avait contacté pour l’informer de l’existence de ce lien de mariage.

Par ailleurs, il a affirmé au micro du journaliste Guerrier Henry que les ressortissants haïtiens n’avaient même pas les 125 dollars américains exigés comme frais d’enregistrement et c’est grâce à lui qu’ils parvenaient à les trouver.

Rappelons que la commission d’enquête rencontrera les officiels, les autorités bahaméennes, le personnel diplomatique, les recrutés locaux et les leaders communautaires dans le but d’identifier les auteurs de ce scandale.

RICHEMOND Johnson

Auteur : Richmond Johnson

Richmond Johnson richmond85@gmail.com Twitter: @richmond85 Tel: 509 3630-4052 / 509 4009-0452

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.