Aller à la barre d’outils

Scandale de corruption/dossier stade: L. Lamothe indexé après avoir ordonné un décaissement de 17 millions USD pour 5 centre sportifs, seulement 10 millions dépensés

Le peuple haïtien crie au scandale, il appelle au secours de la justice et la presse locale et internationale s’enflamment. Les pétrochallengers en attendant peuvent se réjouir de leur mouvement de mobilisation initié après les émeutes des 6,7 et 8 juillet 2018 autour des explications relatives à la gestion des Fonds du programme pétrocaribe.

Les juges de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif comme c’était promis ont rendu public, ce vendredi le deuxième rapport d’audit sur la gestion des fonds du programme Pétrocaribe, ce rapport qui a indexé le président de la république Jovenel Moïse d’avoir détourné plusieurs millions de gourdes à travers deux firmes (AGRITRANS et BETEXS

) commence à faire défrayer les chroniques, surtout les médias internationaux qui ne tardaient pas à relayer les informations fournies par la CSC/CA.

Dans le cadre du projet de construction de cinq centres sportifs(Gonaïves, Cayes, Ouanaminthe, Jacmel et Mirebalais) qui a été adopté par une résolution prise en conseil des ministres le 9 juillet 2012, un montant de 17 025 702. 52 USD tirés des fonds du programme pétrocaribe a été alloué pour ces financements. Les recherches effectuées par la cour des comptes sur la gestion économique de ces projets guidés sur le leadership et l’ordonnance du premier ministre Laurent Salvador Lamorthe, ordonnateur principal à l’époque, ont découvert qu’un budget initial de 10 476 700. 00 USD a été prévu pour la réalisation des travaux.

Pourtant, fort de ce constat, les études réalisées de février 2018, mois de la réception du rapport à date, la cour supérieur des comptes et du contentieux administratif a pu déceler qu’en lieu et place du montant prévu dans le but initial susmentionné, c’est plutôt 17 025 702.52 qui ont été décaissés par les autorités haïtiennes qui gèrent l’administration publique à l’époque. Par la suite, seulement 10 476 700.00 sommes des prévisions prédéfinies qui ont été transférés à la firme dominicaine, CONSTRUCTORAL ROFI S.A qui s’était chargée de ces constructions. Il y a eu un écart de 6 549 002.52 qui n’a pas été justifié par les documents analysés par les enquêteurs. Où est passé ce montant? C’est un vaste chantier de corruption éprouvent les juges. Le rapport de la CSC/CA a précisé qu’aucune trace de matérielle servant de preuve de décaissement n’a été trouvée au passage.

Ce qui paraît scandaleux et honteux dans tous çà au regard des juges, c’est que la cour des comptes a révélé qu’aucun contrat de construction n’a été signé entre l’État haïtien et la firme dominicaine pour la réalisation de ces 5 centres sportifs pour lesquels 17 025 702.52 USD ont été décaissés dans le cadre des Fonds du programme PétroCaribe.

Les principaux responsables de ce projet sont donc Laurent Salvador Lamorthe ordonateur principal, premier ministre à l’époque et surtout ministre de la planification et de la coopération externe responsable à un niveau 1 selon le rapport de la CSC/CA, Wilson Laleau et Marie Carmelle Jean Marie et le PDG de la firme dominicaine José Elias Hernandez à un deuxième niveau.

La cour supérieur des comptes et du contentieux administratif dans ses visites des lieux réalisées, ont précisé que ces cinq centres sportifs ont été inaugurés et mis au service.

RICHEMOND Johnson

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :