Publicités
Peterson Chéry 20 février 2020
SAMUEL MADISTIN

Le cabinet de l’avocat Maitre Samuel Madistin a été la cible d’attaque hier mardi lors de cette journée de tension. Pour avoir délivré son opinion relative a la formation du Syndicat de la Police Nationale d’Haïti. Celle-ci lui a valu une réaction plutôt brutale des policiers convertis en protestataires depuis plusieurs jours, ils réclament entre autre de meilleures conditions de travail, et la création d’un syndicat, principal pomme de discorde entre eux et le haut commandement de la PNH.

« Nos premiers rapport confirme, l’incendie d’une génératrice, incendie de plusieurs véhicules et les archives du cabinet confie Maitre Samuel Madistin.

« Poukisa polisye kap manifeste yo pa ranpli tout pwosedi ki gen pou wè ak kreyasyon sendika, paske pa gen lwa… La constitution n’estpas d’application directe pour certains lois » réaffirme maitre Samuel Madistin qui au passage indique qu’il n’est pas contre la démarche dans la forme qui selon lui parait anarchique.

Nous sommes en phase d’une dictature policière, mon opinion est un droit inaliénable et je suis un avocat, un homme de vérité… Maitre Samuel Madistin q’il a se conformer a ce que dit la loi : porter plainte contre X.

La Fondasyon Je Klere (FJKL) denonce des actes d’incendie dont les locaux du Cabinet d’avocat de Me. Samuel Madistin ont été victimes dans l’après-midi du mercredi 19 février 2020

“Des policiers intolérants, partisans de la pensée unique, sans respect pour les sacrifices consentis par le peuple haïtien pour le droit à la liberté d’expression ont décidé de contester par les armes, la position de la FJKL à travers son président”, poursuit le communiqué qui informe que ces individus ont attaqué la firme d’avocats du président et y ont mis le feu.

Selon la FJKL, Me Madistin a eu la vie sauve en se réfugiant dans les parages de son cabinet à l’arrivée de ces hommes armés mais les véhicules des clients et une génératrice sont passés en flamme et les locaux du cabinet vandalisés.

La Fondasyon Je Klere juge inacceptable ces actes et rappelle que la liberté d’expression est la pierre angulaire de toute société démocratique et n’entend nullement se laisser intimider par les forces rétrogrades, anti-démocratiques et les partisans du narco-état.

Ces incidents interviennent au lendemain des décisions de la direction générale de la PNH de prendre des sanctions contre certains policiers et affiche une certaine cohésion ferme face aux comportements des policiers qu’elle qualifie d’ailleurs d’illégale et barbare.

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils