Rencontre avec Négresse Colas, la lauréate de la saison des lettres congolaises

Négresse Colas,

 

Négresse Colas, de son vrai nom Manicheca Colas a étudié les sciences comptables à l’université INUKA. Elle est aussi une maquilleuse professionnelle. Passionnée de la littérature, au cours du mois de juin avec le texte “Le prix d’une déception” elle a été Lauréate de la catégorie « Nouvelle », du concours littéraire, organisé par les Editions plus. Dans le cadre de la saison des lettres congolaises 2019,
Ses écrits s’inscrivent dans la catégorie des jeunes plumes qui assurent la relève de la littérature haïtienne.

L’écrivaine se livre pour les lecteurs de Presslakay!

PL: Négresse Colas bonjour! C’est un plaisir de vous rencontrer pour parler de votre participation à ce concours.
Vous venez de recevoir le 1er prix dans la catégorie nouvelle de la saison des lettres congolaises de 2019.

Dites-nous, qu’est-ce qui vous a donné envie de participer à ce concours ?

N.C : D’abord, l’envie de partager avec les autres cette histoire qui réflète une réalité assez crue de notre societé. L’envie de faire lire et le désir de confronter mes écrits à un avis extérieur.

PL: Parlez-nous un peu de votre livre « le prix d’une déception « ? Qu’apporte-t-il de nouveau dans la littérature haïtienne ?

N.C : C’est l’histoire d’une jeune fille nommée Linda qui, à cause de la précarité dans laquelle vit-elle, a abandonné son amour de jeunesse pour entamer une relation amoureuse avec Marchant Pierre Paul un sexagenaire, obèse, éjaculateur précoce mais riche propriétaire et grand homme politique. Deux ans après, Marchant l’a plaquée sous prétexte que sa femme menace de la zombifier si jamais elle apprend qu’ils continuent à se voir. Quelque temps après, Linda croise Marchant avec sa nouvelle conquête d’à peine dix huit ans. Enragée, Linda va chez sa mère pour réclamer une explication au sujet de son père. C’est alors que Roselène, sa mère lui révèle l’identité de son père. Marchant Pierre Paul, l’actuel ministre de l’éducation pourtant elle n’a même pas pu avoir son diplôme en secrétariat faute d’argent.. Envahie par la colère et la honte, Linda Se suicide. Cette nouvelle pointe du doigt ce système qui vole notre jeunesse. Elle réflète notre réalité actuelle à savoir le phénomène madan papa, la monoparentalité, la zombification et tant d’autres choses.

PL: Comment arrivez vous à inciter les lecteurs à terminer une lecture?

N.C : Le truc c’est de capter l’attention du lecteur dès la première ligne. Pour cela, je choisis mes sujets avec soin et je fais en sorte de créer le suspens tout au long du récit.

PL : Pourriez-vous nous raconter comment a été vos débuts ?

N.C : Ça a commencé en troisième secondaire avec ma rencontre avec la littérature. Dès le premier cours, j’étais déjà amoureuse de la littérature quoique j’étais en section C. À l’époque, j’ai commencé à écrire juste pour calmer mes nerfs après une crise de colère. J’écrivais aussi mes joies. Peu à peu, j’ai commencé à diversifier mes sujets. Aujourd’hui je m’écris mais j’écris aussi.

PL: Certainement vous apportez votre style dans la littérature mais s’il y’a une chose que vous apporte l’écriture c’est quoi ?

N.C : Par-dessus tout, l’écriture m’apporte le calme et le sens de l’observation grâce auquel rien ne m’échappe.

PL: Quels sont les auteurs préférés de Colas ?

N.C : J’ai toujours du mal à répondre à cette question mais je peux citer Jacques Roumain, Georges Castera, Paulo Coelho, Evelyne Trouillot, Lyonel Trouillot etc…

PL: Où peut-on trouver “Le prix d’une déception?

N.C : La nouvelle fera partie d’un recueil collectif qui sera bientôt publié par les éditions plus.

Pierre Kevin

Auteur : Pierre Kevin

Pierre Kevin Redacteur agence presslakay Mars 2014 Email: augustekevin13@gmail.com

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.