Quelle importance ont les téléphones portables au niveau des prisons haïtiennes?

Publicités

Alors même que les téléphones portables sont interdits en prison, de très nombreux détenus en possèdent un ou plusieurs dans leur cellule, et conversent sans aucune gêne sur Facebook, Instagram etc… C’est facile comme tout d’être branché
Un jour, à 10 heures PM , une discussion avec un homme condamné pour avoir coucher avec sa propre fille . “Slt!” lance le détenu. Après plusieurs minutes, le temps de mettre le condamné en confiance, j’apprends qu’il est très aisé de se procurer un portable en prison. C’est facile comme tout d’être branché, dit le détenu . Les smartphones sont expédiés via les agents de postes, ou encore par les proches des détenus.

Les téléphones servent essentiellement à appeler la famille et les amis. Mais aujourd’hui, avec les smartphones, ils vont aussi beaucoup sur Facebook ce qui n’était pas le cas avant , car ce type de téléphone n’était pas aussi répandu. Les réseaux sociaux permettent encore plus de maintenir les liens avec l’extérieur. Il n’est pas rare de voir des profils Facebook de détenus qui montrent les conditions de détention.

Comment les portables entrent-ils dans les prisons?

La plupart des téléphones entrent par le parloir, ils sont amenés par la famille. Certains modèles sont privilégiés pour leur composition, car ils ne sonnent pas aux portiques de sécurité. Beaucoup entrent aussi grâce à la corruption des surveillants directement, mais de nombreux témoignages vont dans ce sens. Enfin, comme l’argent ou la drogue, certains téléphones sont projetés au-dessus du mur du centre par des complices et atterrissent dans la cour de promenade.

A savoir combien cela peut coûter un téléphone portable, le détenu à expliquer que cela dépend de quel modèle de téléphone cela varié en 2500 Gourdes jusqu’à 35000 Gourdes et ceux qui ont en pas cet argent peuvent placer un appel durant une minute pour 25 Gourdes.

Le profit dans tout ça, c’est que les détenus qui ont accepté de vendre les smartphones pour les agents peuvent gagner sur un mois environ 40.000 Gourdes, puisque cette business beaucoup des agents le font à l’intérieur du centre carcéral. Les surveillants sont au courant de ces techniques. S’ils en trouvent un, ils le signalent et le détenu est convoqué par le chef d’établissement qui peut alors les sanctionner avec l’isolement, ce qui est plutôt rare. C’est très hypocrite, mais les surveillants ne vont pas en permanence faire la chasse aux portables ils savent que c’est sans fin, comme pour le cigarette et le marijuana.

Si la tolérance est telle par derrière les murs de nos centres carcérale alors pourquoi enfermé ces gens?

Robinson, JEROME

Publicités