Aller à la barre d’outils

Quand l’embouteillage est devenue une tradition à Port-au-Prince



Dans le monde moderne la circulation occupe une place fondamentale du fait de l’intensification des rapports sociaux et institutionnels. Ceci entraîne, partout, l’agrandissement des villes et la diversification des moyens de transport. Néanmoins la quantité de citadins en constant accroissement n’empêchent que l’embouteillage existe et peut -être existera toujours dans la vie moderne.



Les pays ne vivent pas ce phénomène de la même façon donc ce ne sont pas toujours les mêmes causes qui peuvent l’expliquer ici et ailleurs. Ici en Haïti notamment à Port-Au-Prince  ce phénomène est différent . Tout le monde y fait face sauf, peut-être, les services ambulanciers et surtout les voitures immatriculées “officiel” qui n’attendent jamais dans les suites. La circulation automobile devient de plus en plus compliquée à Port-au-Prince ! Chacun finit, semble-t-il, par s’y habituer. Mais ces bouchons ne sont pas sans conséquence : retards dans les salles de classe, au travail, rendez-vous ratés. Les chauffeurs de transport en commun font également les frais des blocus.

En effet, le nombre de véhicules circulant dans le pays, notamment à Port-au-Prince, a considérablement augmenté ces dernières années alors que la dimension des routes reste inchangée. Il y a beaucoup plus de véhicules à Port-au-Prince , l’embouteillage devient même une tradition dans la zone métropolitaine il serait nécessaire d’élaborer un nouveau plan de circulation pour parvenir à la fluidité de la circulation.

Pierre Kevin

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :