Quand l’ancien député Jean Mandenave dézingue l’opposition politique haïtienne

Publicités

Intervenant au micro de la presse hier jeudi pour parler de la situation actuelle du pays, l’ancien député de la commune de Plaisance Jean Mandenave, a critiqué sévèrement les acteurs de l’opposition politique haïtienne.

Affichant publiquement d’être un proche du président Jovenel Moïse, l’actuel directeur général de la compagnie Dignité a demandé au chef de l’État de prendre toutes ses responsabilités pour renforcer l’État haïtien face à la dégradation de la situation actuelle du pays.

“L’opposition politique actuelle a mis le peuple dans le chômage et dans la misère. Elle a créé plus de chef de gang en lieu et place de l’équilibre comme ce fut le cas dans les autres pays. Mettre un peuple dans cette situation durant les trois derniers mois montre au clair qu’ils n’ont rien à apporter pour l’amélioration des citoyens haïtiens. Face à cette situation, le président Jovenel Moïse doit assumer ses responsabilités pour renforcer les forces armées d’Haïti et la Police Nationale d’Haïti.”, a déclaré l’ancien parlementaire de la 45e législature qui rappelle que depuis les années 86, les gens qui s’assimillaient à l’opposition politique en Haïti ont toujours essayé pour demander aux différents élus démocratiques de renoncer à leurs mandats constitutionnels.

Selon lui, les acteurs de l’opposition politique n’ont pas le droit de manifester pour réclamer la démission du président Jovenel Moïse qui n’a été pas installé de façon dictatoriale.

“Un président comme Jovenel Moïse qui se me toujours à discuter et négocier n’a pas mérité un tel traitement. L’opposition politique n’a pas le droit de manifester pour réclamer sa démission car il n’a pas été installé de façon dictatoriale.”, poursuit le directeur général de la compagnie Dignité qui a fait savoir qu’avec cette opposition, le pays devient de plus entouré par des fatras et des gangs armés.

Parallèlement, Jean Mandenave a rappelé aux acteurs de l’opposition politique qu’ils sont appelés à diriger le pays tôt ou tard. Pour ce faire, croit-il, ils doivent faire preuve des hommes responsables pour bien faire l’autocritique de façon à rallier la population lors des élections.

“Quand une opposition empêche aux différents établissements scolaires du pays de se fonctionner durant trois mois, elle n’a pas agit en faveur de la population. Ils ont montré à clair qu’ils n’ont pas du côté du peuple haïtien. Je conseille aux acteurs concernés de rentrer en négociation au nom du peuple haïtien avec le président Jovenel Moïse pour essayer de mettre fin à ce système en formant un gouvernement d’union nationale. Le président Jovenel Moïse montre à clair qu’il est pour l’éradication du système.”, pense Jean Mandenave.

S’il reconnaît la force de l’opposition politique haïtienne dans cette lutte anti-gouvernementale, l’ex-parlementaire a salué le courage du président Jovenel Moïse qui a su utiliser selon lui, ses stratégies pour résister face aux nombreuses actions menées par les hommes en face qui exigent sans condition sa démission.

RICHEMOND Johnson

Publicités