Aller à la barre d’outils

Pour les lesbiennes, l’amour n’est pas un risque , c’est une conquête et une pulsion. . .

 

A priori, il est tout à fait normal de vouloir multiplier les expériences nouvelles, tant que l’on ne dépasse pas certaines limites ! Pour lutter contre la monotonie et la routine, l’homme va vouloir dire ses fantasmes et proposer de les réaliser . Acheter des sex-toys, demander à sa partenaire d’improviser un strip-tease,…. L’idée sous-jacente est de retrouver l’émotion indicible de la première fois , celle qui va alimenter son cinéma personnel et permettre de fonctionner à plein régime, se sentir encore viril, vivant, en possession de tous ses moyens.

 

Tout d’abord, il faut préciser que l’on ne devient pas lesbienne . Pas plus que l’on ne devient hétérosexuel. C’est un état que l’on porte en soi dès la naissance. Le fait qu’une femme soit biologiquement apte à porter des enfants et à les mettre au monde n’implique pas forcément le fait qu’elle éprouve du désir pour des hommes. Ce sont deux choses différentes et il paraît un peu anormal d’établir un lien de causalité entre elles. Sinon, que penser des couples hétérosexuels qui utilisent la contraception parce qu’ils décident de ne pas avoir d’enfants?

comment peut on juger anormales des personnes qui vivent une sexualité épanouissante dans l’amour et le respect?

 

Elle n’est pas forcément un phénomène uniquement culturel, comment expliquer le fait que dans les pays où elle est si violemment réprimée et où les homos sont même condamnés à la peine capitale, oui, comment expliquer qu’il existe toujours des personnes homosexuelles? Si l’éducation, les préjugés, les valeurs morales, les interdits religieux, les idéologies politiques sans oublier les pressions exercées par les parents et les amis! si tout cela ne parvient pas à éradiquer le phénomène dans les sociétés les plus conservatrices de ce monde, ne peut-on pas raisonnablement penser qu’il s’agit d’un phénomène naturel, précisément?

 

A l’heure où les pratiques sexuelles se démocratisent difficile de distinguer ce qui tient de la perversion ou d’une sexualité heureuse et libérée. Pas besoin de capotes, Pas besoin de pilule, Aucun risque de grossesse non désirée Mais ne soyons pas trop optimistes les filles , Les MST restent et demeurent transmissibles .

 

Pierre Kevin

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :