Publicités
Robinson Jerome 20 avril 2020

Les prix du pétrole se sont effondrés lundi à un niveau record alors que le marché continue d’être perturbé par un effondrement épique de la demande provoqué par la pandémie de coronavirus(Covid-19). Les actions mondiales sont mitigées, les investisseurs se préparant à ce que davantage d’entreprises révèlent combien la crise leur coûte. Les contrats à terme sur le pétrole aux États-Unis étaient en dessous de 0 $ le baril, leur pire niveau depuis l’ouverture par NYMEX du commerce des contrats à terme sur pétrole en 1983. La chute de lundi intervient après que les prix ont atteint un creux de 18 ans la semaine dernière alors que les marchés se rendaient compte que les baisses de production record convenues par l’OPEP, la Russie et d’autres producteurs ne suffisent pas à compenser la perte de demande.

Selon Bjornar Tonhaugen, chef des marchés pétroliers chez Rystad Energy, le contrat à terme de mai pour West Texas International est sur le point d’expirer, et les échanges effrénés de dernière minute aggravent les inquiétudes quant à la quantité de pétrole que les États-Unis pourront stocker à mesure que la demande se tarira. Il a dit que cela conduisait à ces grandes fluctuations de prix.
Le baril de 159 litres de pétrole brut coté à New York, qui s’échangeait encore à 60 dollars en début d’année et à 18,27 dollars vendredi soir, a finalement terminé à -37,63 dollars. Il n’était jamais tombé en dessous de 10 dollars depuis la création de ce contrat en 1983. Les prix du baril étaient déjà tombés dans le négatif à certains endroits aux États-Unis et au Canada

La semaine dernière, Wall Street a enregistré sa deuxième semaine de gains consécutifs. Les investisseurs semblaient optimistes quant à un traitement potentiel contre les coronavirus et des discussions sur la réouverture d’une partie de l’économie américaine. L’augmentation est survenue malgré un rapport désastreux sur le PIB de la Chine et des nouvelles selon lesquelles 22 millions d’Américains ont déposé des demandes de chômage initiales au cours des quatre dernières semaines.
Tandis que l’Arabie Saoudite , membre éminent de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), a lancé une guerre des prix avec la Russie pour obtenir un maximum de parts de marché. Les deux pays ont mis un terme à leur différend au début du mois en acceptant, avec d’autres pays, de reduire leur production de près de 10 millions de barils par jour pour stimuler les marchés touchés par le covid-19.

Mais cela pourrait également apporter un soulagement aux petites entreprises des États-Unis. Le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, a déclaré qu’un accord avec les dirigeants démocrates du Congrès pourrait être conclu dimanche pour fournir des milliards de dollars de plus aux petites entreprises grâce au programme de protection des chèques de paie.

Robinson Jerome

Twitter : @robinsonjerome8

Gmail : jeromerobinson64@gmail.com

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils