Les sénateurs ont brillé par leur absence ce jeudi 30 novembre 2017 à la salle de séance du Sénat où ils s’étaient donné rendez-vous pour décider de l’avenir du rapport de la commission spéciale qui était chargée d’approfondir le rapport d’enquête de la Commission Éthique et Anticorruption du Sénat relatif à l’utilisation du fonds PetroCaribe. Le président du grand Corps Youri Latortue confie que « la séance est reportée sine die » en raison d’une quête de concertation entre les sénateurs autour de certains dossiers qui sont en train d’être traités par les pères conscrits.

Après le premier drible lors de la séance du 10 novembre dernier où l’ordre du jour ne prévoyait que la présentation tout court du rapport de la commission spéciale qui était chargée d’approfondir le rapport de l’enquête de la commission Éthique et Anticorruption du Sénat relatif au fonds PetroCaribe, plus d’un s’attendait à une décision des pères conscrits sur ce point, ce jeudi 30 novembre 2017. Jusqu’à mardi encore, le président du Sénat Youri Latortue était si sûr de cette séance qu’il a fixé le rendez-vous pour les 2 heures de l’après-midi.

Surprise, car ici la politique est synonyme de coups bas et de stratagèmes. Au Parlement, la matinée est marquée par une marche lente et désintéressée de quelques sénateurs convergeant vers la petite salle destinée aux travaux en Commission pour une réunion, un conclave improvisé loin des caméras de la presse.

Quelques minutes plus tard, Youri Latortue s’empresse de rejoindre le conclave qui compte désormais une vingtaine de sénateurs si l’on tient compte des têtes qui ont franchi la porte. Les 2 heures de l’après-midi sont déjà dépassées et l’interminable rencontre continue encore. Les journalistes s’impatientent jusqu’à cerner le président du Sénat Youri Latortue dans ses pas de lièvre dans la cour du Parlement. Déjà 4 heures, le président ne peut que s’excuser « du retard » sans trop d’explications sur les motifs ni sur l’avenir de la séance.

5 heures, la noirceur de la nuit qui s’annonce s’abat sur le bord de mer. Les agents de sécurité du Parlement aux allures d’un bidonville essaient de vider l’espace de quelques dizaines de militants et de curieux qui discutent en groupuscules dans l’espace espérant assister à la séance annoncée en grande pompe. Ces citoyens qui rêvaient d’assister à la séance se désillusionnent ipso facto mais un geste des agents de sécurité augmente l’espoir des journalistes qui voient une séance qui se tiendra dans les minutes proches.

Fausse alerte, le président du Sénat longe l’allée du Parlement pour annoncer : « la séance est reportée sine die ». Il avance que les sénateurs entendent « se concerter sur certains points » qui n’étaient pas pourtant à l’ordre du jour, avant de décider de la suite à donner au rapport PetroCaribe. De ces points à éclaircir figure le choix des 3 représentants du Parlement au Conseil électoral permanent, poursuit Youri Latortue, qui se garde de citer les autres points d’ombre. Quid des sénateurs en fin de mandat ? Youri Latortue s’esquive en rappelant qu’une commission travaille déjà sur ce sujet.

Si le président du Sénat passe à pieds joints sur ce dossier, rien n’empêche que dans les couloirs du Parlement, on parle d’un éventuel coude à coude entre les sénateurs en fin de mandat réclamant que leur situation soit régulée avant de donner du quorum pour réaliser quoi que ce soit au Sénat. Le rapport PetroCaribe et la formation du CEP permanent serraient pour eux deux bons points de tergiversation.

Youri Latortue est clair, s’il s’aventurait à organiser la séance « sans parler avec les groupes politiques », il n’aurait pas trouvé de quorum et frôlant de près l’échec ce jeudi, il promet « de continuer les discussions avec les groupes afin de trouver l’entente appropriée pour réaliser les autres séances ».

S./Le Nouvelliste

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.