Nouvel An: Branly Lydent Garnier invite la population à “prendre son destin en main”

Publicités
Photo de Branly Lydent Garnier

Dans un entretien accordé à la rédaction de Presslakay.net, à l’occasion des fêtes de fin d’année, l’ancien candidat au poste de magistrat de la commune de Delmas, Branly Lydent Garnier a placé ses mots pour faire des souhaits à la population. Il en profite pour parler de la conjoncture politique qu’a connu le pays durant toute l’année.

Annulation du carnaval, pays lock, manifestations anti-gouvernementales, refus de dialogue entre le pouvoir et l’aile dure de l’opposition, le pays a tout connu, la population a tout vu pendant cette année qui s’apprête à faire place dans quelques heures à 2020. Un nouvel an que beaucoup d’observateurs qualifient déjà de “très compliquée”. Face à ce constat, le président de la plate-forme politique LAKAY (Lig Ayisyen pou Kore Ayiti) et également coordonateur général de ISFAD (Inisyativ Sitwayen Fanmi Dèlma) a présenté ses voeux à la population haïtienne.

“Pèp ayisyen fò n pa lage. Pa gen peyi ki pa konstui nan doulè. Nou bezwen yon pèp vanyan, pou nou yon pèp vanyan fò nou sonje dantan nou ki sa nou te ye pou n pa kite mizè a pote nou ale, pou n pa kite mizè a fè n aplodi moun pou n pa t aplodi. An nou mete fòs nou, ann gonfle venn nou, pou nou wè nou menm antanke pèp fè peyi a soti nan mizè. Swè pa m pou 2020, se wè chak ayisyen pran desten yo an men pou yo kapab viv tankou moun”. Déclare-t-il.

Conjoncture politique 2019, le pays a tout connu négativement

Pour M. Branly Lydent, 2019 était une année extrêmement difficile pour chaque citoyen, en particulier les gens les plus démunis. Il estime qu’une manque d’élégance politique chez les acteurs a provoqué toutes ces turbulences politiques durant l’année 2019.

“Si te gen elegans politik pou chak moun (opozisyon/pouvwa) te konnen ki wòl yo lòske pèp ba w yon manda sou ki sa w te genyen pou w fè kòm misyon malgre nou te gen divèjans pati politik, divèjans ideyolojik, men fò nou konnen ke nou gen yon denominatè komen ki se peyi a, ki se pèp ayisyen “.

Une année qui restera dans les annales de l’histoire où le pays a passé plus de six mois sans un Premier Ministre, des soulèvements populaires contre le pouvoir en place, l’insécurité qui bat son plein dans les zones à risque, la rareté de carburant qui a provoqué le phénomène ‘Galon jòn’, trois mois où la majorité des établissements scolaires avaient fermé leurs portes faute du lock down. Malgré toute cette casse-tête, Branly Lydent Garnier a surtout bataillé du bec et des ongles avec ISFAD et LAKAY pour former plus de 400 jeunes et les doter d’une profession au bénéfice du pays, si l’on en croit ses déclarations. Il promet de continuer sur cette même lancée pour la nouvelle année qui arrive en TGV (Train grande Vitesse).

Qui est Branly Lydent Garnier?

Il est originaire du département de la Grand-Anse. Depuis des lustres, il vit à Delmas, commune où il milite politiquement et socialement.

Branly est le coordonnateur général d’une organisation dénommée ISFAD (Inisyativ Sitwayen Fanmi Dèlma). Il est aussi président de la plate-forme politique LAKAY (Lig Ayisyen pou Kore Ayiti).

Branly Lydent Garnier est un homme aux plusieurs chapeaux. Il est directeur des opérations fiscales à la mairie de Cité Soleil et membre du cabinet à la compagnie de transport Dignité à titre de supervision et d’instruction nationale.

Dimitry Charles

Publicités