Publicités
La Redaction 21 février 2020

Renvoyés par le président Jovenel Moïse le 13 janvier dernier après la fin de 50e législature haïtienne, quatre des dix sénateurs concernés par la décision du palais national ont été de nouveaux présents au sénat de la république ce jeudi 20 février pour reprendre leur siège.

Comme c’était annoncé par l’élu du département de l’Artibonite en début de cette semaine, ces parlementaires dont Jean-Renel Sénatus, Dieupi Chérubin, Youri Latortue et Jean-Marie Junior Salomon ont déclaré qu’ils ont décidé de revenir au sénat à la suite d’une décision d’un juge des référés reconnaissant qu’ils ont été élus pour six ans et aucun pouvoir ne peut mettre fin à leur mandat.

“Nous sommes de retour au sénat pour poursuivre nos travaux de sénateur. Nous sommes pas ici pour avoir des privilèges. Nous faisons du bénévolat car ils peuvent garder les chèques. Des dossiers pendant dont la Dermalog et le rapport du petrocaribe doivent-être traités par ceux qui l’ont déclenché. Le juge des référés nous ont donné raison face au constat du président Jovenel Moïse. Actuellement, ce denier continue de violer les lois de la république avec l’arrêté pour l’octroi des contrats de l’électricité dans la capitale haïtienne et dans des villes de province.” A déclaré le sénateur Youri Latortue.

De son côté, le sénateur du Sud-est Dieupi Chérubin a évoqué la situation actuelle du pays qui le pousse à reprendre siège au sénat de la république pour faire face aux envies dictatoriales du président Jovenel Moïse.

“La police nationale d’Haïti a directeur général qui n’est pas passé devant le sénat haïtien. Il peut servir de marionnette pour faciliter la tâche au président Jovenel Moïse. Nous avons des conseils a.i à la Banque République d’Haïti et à la Banque Nationale de Crédit et des ambassadeurs qui ne font pas leurs travaux ils peuvent se convertir en marionnette pour jouer le jeu du palais national qui veut prendre le chemin de la dictature. Nous n’allons pas chercher de compromis à personne. Nous sommes des sénateurs élus pour un mandat de six ans et nous sommes présent ici pour dire non à la dictature et oui à l’État de Droit.”A lâché Dieupi Chérubin.

Non concerné par la décision du président Jovenel Moïse mais décidé de se solidariser avec les autres collègues, le sénateur Pierre Paul Patrice Dumont a fustigé le comportement du chef de l’Etat haïtien tout en assurant que les dix sénateurs vont continuer à siéger au parlement en participant à des travaux parlementaires.

“La sécurité nationale est la propriété actuellement. La question du kidnapping est préoccupante aujourd’hui. Même si Jean-Jacques Dessalines, Alexandre Pétion, Dumarsait Estimé étaient là, ils ne pourraient jamais nous forcer de prendre ce qu’entrain de faire Jovenel Moïse.” Fustige le sénateur Pierre Paul Patrice Dumont.

RICHEMOND Johnson

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils