Publicités
Francky Belfort 20 mars 2019

Limogé par 93 députés au cours d’une séance d’interpellation tenue le lundi 18 mars 2019 à la chambre des députés, Jean Henry Céant qui, revendique encore son titre de Premier ministre n’entend pas baisser les bras. Ce mercredi 20 mars 2019, assisté de ses avocats dont Gervais Charles, Camille Leblanc et Jacquenet Oxilus, il a déposé une requête par devant la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif.

Jean Henry Céant reste ferme sur sa conviction, l’interpellation, la séance suivie du vote des députés sont des actions illégales. Arguant qu’il avait reçu une demande d’interpellation des sénateurs en premier et que ce même jour du déroulement de la séance à la chambre basse, il était par devant l’assemblée des sénateurs.

Après avoir exposé les faits sur la forme et au fond, Jean Henry Céant réclame entre autres l’annulation avec les conséquences de droit la demande d’interpellation, le procès verbal de la séance du 18 mars 2019, le vote de la chambre des députés ; dire que le gouvernement du premier ministre a été d’abord interpellé par le sénat.

Alors que Jean Henry Céant reste et demeure convaincu qu’il est encore premier ministre, le Président Jovenel Moïse de son côté semble avoir déjà tournée la page en annonçant qu’il a pris acte de la décision des députés de renvoyer le gouvernement et qu’il va en ce sens, entamer des consultations pour le choix d’un nouveau premier ministre en vue de la formation d’un nouveau gouvernement.

Francky Belfort

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils