Me Paul Eronce Villard exige une trentaine de policiers pour sécuriser le bâtiment du Parquet de Port-au-Prince

Les actes de banditisme perpétrés au centre-ville de Port-au-Prince et qui ont de graves conséquences sur le fonctionnement normal du Parquet de la capitale, ne laissent indifférent les responsables de cette juridiction.

Lors d’une conférence de presse tenue ce jeudi pour faire le point sur le phénomène de l’insécurité qui prévaut sur le bicentenaire à l’approche de l’ouverture des classes, le commissaire du gouvernement de Port-au-Prince, Paul Éronce Villard, a exigé un renfoncement du point de vue sécuritaire pour permettre à la reprise des activités au centre-ville de la capitale haïtienne qui devient depuis quelques temps, la scène de concert des rafales de balles automatiques.

Pour sécuriser le bâtiment logeant le palais de justice de Port-au-Prince, Me Paul Éronce Villard exige une trentaine de policiers qu’il pense pouvoir en mesure de faire face aux attaques des bandits armés qui opèrent sur le bicentenaire. Les tirs nourris des gangs lourdement armés au Sud de Port-au-Prince, ont forcé le parquet à ralentir sur ses principales activités judiciaires.

Le commissaire du gouvernement de Port-au-Prince a exprimé ses vives inquiétudes à moins de deux semaines de l’ouverture des classes pour la nouvelle année académique 2019-2020.

RICHEMOND Johnson

Auteur : Richmond Johnson

Richmond Johnson richmond85@gmail.com Twitter: @richmond85 Tel: 509 3630-4052 / 509 4009-0452

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.