Publicités
Richmond Johnson 10 septembre 2019

Lors de son discours pour clôturer la quatrième session ordinaire de la dernière année législative de la cinquantième législature, le président de l’assemblée nationale dont son mandat de sénateur arrivera à terme le 13 janvier prochain s’est arrangé au côté de certains collègues sénateurs pour lancer un message vis-à-vis de certains membres de l’exécutif qui laissent croire qu’ils n’auront pas le droit de fouler le sol du sénat au delà du 13 janvier prochain.

À l’instar du sénateur Wilot Joseph du département du Centre qui avait extériorisé ses vives frustrations quant à une éventuelle fin de mandat d’un groupe de dix sénateurs en janvier prochain, le sénateur de l’Artibonite, Carl Murat Cantave sans langue de bois, a parlé clairement pour lancer une mise en garde contre l’idée de le voir quitter le sénat de la république en janvier prochain. Selon lui, cela revenait au conseil électoral provisoire dirigé à l’époque par Léopold Bélanger de fixer les conditions avant même de publier les résultats des élections législatives de 2015.

En évoquant l’article 95 de la constitution haïtienne, l’élu du département de l’Artibonite a déclaré que “Tous les sénateurs ont un mandat de 6 ans”, pas question de laisser mon poste au deuxième lundi de Janvier”.

Dans la foulée, le sénateur de l’opposition Antonio Chéramy politique au sein du sénat de la république, a montré son refus catégorique quant à la possibilité de continuer à siéger au sénat au delà du 13 janvier prochain, car dit-il, son mandat de sénateur prendra fin à partir de cette date.

RICHEMOND Johnson

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils