Les régimes politiques ne sont pas des temples dressés pour l’éternité. S’ils donnent souvent comme des apparences de solidité, ils subissent eux aussi des chocs et quelquefois même des chamboulements. En effet, si l’une des tâches de la science politique est d’analyser les régimes politiques, d’en décrypter le fonctionnement, de les comparer, c’est aussi de comprendre les modalités de leur disparition et de leur transformation. Il est sans conteste que, changer de régime, en d’autres termes, le passage d’un régime à l’autre comme le notent si bien certains politistes n’est pas aisé à repérer et voila pourquoi il est important qu’on s’y consacre.
Pour ainsi dire, on désigne par régime politique le mode d’organisation des pouvoirs publics, mode de désignation, compétences, définition des rapports entre les différents pouvoirs. Les régimes politiques sont le fruit du jeu des forces politiques dans le cadre institutionnel défini par la constitution ou par la coutume. S’ajoutent d’autres facteurs historiques, idéologiques, culturels, qui déterminent la nature des régimes politiques.

L’incapacité du système politique actuel dans son ensemble à conjurer la banqueroute du pays est désormais prouvée. Non seulement parce qu’il a atteint un point de non retour, mais parce que la situation empire de jour en jour et qu’il en est l’unique responsable. Depuis son investissement maintenant Jovenel Moïse a démontré qu’il ne s’était en aucun cas préparé, qu’il mentait et palabrait impunément. Les dernières preuves de son incompétence.

L’autorité des gouvernants et droits et devoirs des citoyens. Quels sont les fondements du pouvoir politique qui définissent les valeurs fondamentales du régime ?

Le choix des gouvernants et des représentants des citoyens. Comment désigner les personnes qui reçoivent la charge et le pouvoir de gouverner une collectivité publique ?

Les structures des gouvernants , Celles-ci sont rarement uniques ou monolithiques. Qui sont-elles, quelles sont leurs formes d’organisation et quels rapports les réunissent les uns des autres ?

L’évaluation, contrôle et limitation des gouvernants , comment s’articulent les droits et devoirs des gouvernants avec ceux des citoyens ? Comment se garantissent-ils réciproquement ? Comment réguler et éventuellement forcer le respect des attributions?

Il s’avère en conséquence que le gouvernement est incompétent, inutile et dangereux, à l’image de son Premier ministre qui, n’étant investi d’aucun rôle constructif, ne fait que précipiter le pays dans la décadence. Il se trouve réduit au simple rôle d’agent-exécutant du Fonds Monétaire International (FMI). N’importe quelle équipe serait capable de jouer un tel rôle si bien que celle de la dynastie PHTK n’est pas indispensable.

On constate que ce système de partis n’a rien apporté de concret, de déterminant, malgré son coût exorbitant pour le contribuable haïtienne et que, de surcroit, il a précipité la débâcle du pays, son anéantissement est devenu impératif. L’heure de la punition et de l’assainissement est enfin venue. Il faut désencrasser le paysage politique de ces politicards corrompus et incapables, des partis corrompus et inefficaces, de la corruption et de l’incompétence du système oligarchique. Dans cette perspective, une seule solution s’impose l’expertise politique et judiciaire. justificatifs fiscaux de tous les biens , et des comptes bancaires des Premiers ministres, ministres, secrétaires d’Etat, députés, sénateurs, dirigeants d’entreprises et organismes publics ayant sévi au cours des dix derniers années impliquant la confiscation de tous leurs biens et leur emprisonnement. En outre, ces commissions seront chargées d’un contrôle judiciaire drastique de chaque nouveau membre des futurs gouvernements, de tous les dirigeants et des gestionnaires de l’argent public.

Robinson Jérôme

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.