L’impuissance politique de Jovenel Moïse

 

Malgré sa victoire avec 55,67% des suffrages exprimés dès le premier tour de la présidentielle en 2016, Jovenel Moïse serait désormais le plus decrié malgré ses progagandes avec certains acteurs et quelques média de la Presse haïtienne. C’est du moins l’image que renvoie l’inaudibilité manifesté par le peuple à chaque prise de parole du chef de l’Etat haitien.

En effet, depuis son accession au pouvoir le 7 février 2017, le président de la République, Jovenel Moïse, est visiblement décrié par le peuple et certains acteurs de la classe politique haitienne a cause de sa politique et son mode de gouvernance jugé antisocial.

Pas loin des émeutes du 6, 7 Juillet 2018, le Président ne parrait toujours pas avoir compris que c’est à lui seul de décider, que mouvoir l’aiguille est entre ses mains. Il prouve qu’il n’est plus un Chef d’état.
vendredi 27 septembre 2019, des manifestants ont réclamé, encore, la démission de Jovenel Moïse. Des Tirs isolés, barrages routiers et des commissariat ont été pris pour cible dans quelques endroits du pays.
Alors qu’il ne veut pas démissionner. « Qu’est ce que le président dirige ? », questionnait le sénateur Jean Renel Senatus.

Perdurer au beau milieu d’une tempête médiatique défavorable à sa gouvernance et a sa popularité, Jovenel Moïse a pu ressentir, à l’issue des manifestations de partout, le mécontentement du peuple à travers une foule chargée d’émotions. “Ce pouvoir n’est que mensonge et tromperie, qui abuse les naïfs” racontent des protestataires lors des récentes manifestations.

De l’avis de certains analystes politiques, le Président serait incapable de diriger le pays. Il s’allie au secteur privé sans en exercer les responsabilités de Chef d’état, ce qui transforme le Pays en abîme.
Des institutions étatiques (La Présidence, Parlement, Les Ministères, etc…) on n’en manque pas, mais ceci n’est qu’une apparence, puisque ce qu’elles devraient faire n’a jamais pu être fait.

Fidèle à ses patrons de l’élite économique, serait la cause de ses échecs sur échec. On dirait un enfant pris sur le fait et qui s’explique, forcément maladroitement, que ce n’est pas de sa faute.

Le president ne devrait il pas inspirer plus de respect notamment a travers ses actions? Devrait il ainsi laisser le champ libre à ses adversaires de pourrir la vie des citoyens à travers leur mouvement “Lock” à cause de ses erreurs à repetition?
Mais au milieu de tout ca, chaque haitien doit être prudent afin d’eviter d’être distrait par des jeux politiques qui, de manière ratoureuse, font dormir. Il faut a tout prix éviter de confondre le théâtre et la réalité politique…

Marcus GEFFRARD
Journaliste
Resp. de communication ( Gwoup Refleksyon Ayisyen Dantan )

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.