Aller à la barre d’outils

Ligues des champions: le Bayern Munich s’est fait respecter

 

Mené par le FC Séville, le Bayern Munich a renversé la vapeur (1-2), mardi soir à Sanchez-Pizjuan, et pris une sérieuse option sur la qualification en demi-finales de la Ligue des champions.

 

Il y aura eu deux Bayern mardi soir à Sanchez-Pizjuan. Et c’est le second, plus serein et dominateur, qui a fini par faire la différence face au FC Séville (1-2), prenant ainsi une très sérieuse option sur la qualification pour les demi-finales de la Ligue des champions avant le retour, le 11 avril prochain à l’Allianz Arena. D’abord hésitants, les Munichois ont été bousculés par des Andalous morts de faim, qui alignaient trois Français au coup d’envoi (Clément Lenglet, Steven N’Zonzi et Wissam Ben Yedder). Mais ce genre de match se gagne souvent à l’expérience et, à ce niveau-là, les Allemands sont servis.

 

Héros de la qualification au tour précédent aux dépens de Manchester United, Wissam Ben Yedder n’a pas énormément pesé dans cette rencontre. C’est son coéquipier Pabol Sarabia qui a ouvert le score, à la demi-heure de jeu, sur un centre au deuxième poteau de Sergio Escudero qu’il a repris d’une frappe croisée (1-0, 32e). Il y avait alors beaucoup de flottement dans la formation bavaroise, et la sortie sur blessure d’Arturo Vidal, remplacé par James Rodriguez (36e), n’augurait rien de bon. Et pourtant, moins d’une minute plus tard, les joueurs de Jupp Heynckes étaient revenus dans la partie.

 

Est-ce ce changement qui leur a redonné de l’allant ? Sans doute, car le milieu offensif colombien a été déterminant en lançant côté gauche un Franck Ribéry virevoltant dont le centre a été détourné par Jesus Navas, prenant le malheureux David Soria à contre-pied (1-1, 37e). Une égalisation sévère pour les Sévillans qui, après la pause, n’ont pas su reproduire leurs efforts des 45 premières minutes. Ce qu’ils ont payé cher lorsque “Kaiser Franck” – encore lui – a déposé le ballon sur la tête de Thiago Alcantara (1-2, 68e). Le but du K.-O. Le FCB a fait le plus dur et devra terminer le travail à la maison.

Pierre Jean Miguel

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :