Hits: 9

 

Très critiqué ces dernières années par l’opposition politique et la population haïtienne toute entière, la classe des affaires économiques du pays a entamé toute une série de campagne dans les médias à travers des discours dans le but d’apaiser la situation d’Haïti depuis le récent événement du 6,7 et 8 juillet 2018 où quelques entrepreneurs haïtiens ont été victimes de la colère des manifestants.

 

Invité à épiloguer dans une émission la semaine dernière, l’homme d’affaires haïtien Dimitri Vorbe directeur exécutif et vice-président de la Société Générale de l’Énergie (SOGENER) a parlé de la possibilité pour que les différents acteurs de la vie nationale puissent se mettre ensemble pour discuter concernant l’avenir du pays ayant des habitants qui pataugent dans la misère et dans la promiscuité. Très présent sur les réseaux sociaux, M. Vorbe s’est montré en faveur d’une bonne résolution n’incluant pas la cessation du mandat démocratique de cinq ans du président Jovenel Moïse comme c’était proposé par le docteur Reginald Boulos qui intervenait lui à une émission.

 

Selon le responsable de la SOGENER, sa réflexion et sa prise de position dans le pays s’inscrivent dans le cadre des démarches visant à pérenniser et consolider un meilleur climat de solidarité sociopolitique dans le pays. Il a rejeté d’un revers de main toute possibilité de sortie de crise contenant la démission forcée de Jovenel Moïse élu pour un mandat de cinq ans et qui prendra fin le 7 février 2022.

 

Questionné sur sa relation avec le chef de l’État haïtien, l’entrepreneur s’est montré très courtois envers le locataire du palais national avec qui il avait entretenu la semaine dernière lors d’une rencontre privée. Son assise avec le premier citoyen était franche et il a fait savoir qu’ils ont discuté autour de la possibilité pour que sa compagnie de production et de distribution de l’éléctricité continue à œuvrer dans cette sphère d’action avec l’État haïtien en dépit de la vision et le souhait de l’élu du poulain de l’ancien président Michel Joseph Martelly qui a promis en 2017 d’alimenter le pays en électricité 24/24 dans 24 mois.

 

Accusé par une partie du pourvoir en place d’être l’un des principaux responsables du financement de la lutte pour la restitution des fonds et le procès du PétroCaribe et plus encore le renversement de l’équipe en place lancée en juillet dernier, le directeur exécutif et vice-président de la SOGENER Dimitri Vorbe a balayé d’entrée cette réflexion qui selon lui est fausse.

 

RICHEMOND Johnson

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.