Publicités
La Redaction 31 août 2018

Mon cher gouvernement, de ma plume je vous écris. Au lieu de m’adresser au Ministère de la santé publique en particulier, je préfère m’adresser à tout le gouvernement en général.

 

Mon cher gouvernement, vous avez pensé à passer les infirmières à l’épreuve pour les licencier, jusque là, je n’ai aucun problème. Mais, connaissant que les infirmières ne sont pas les seules personnelles de santé, je voudrais que les médecins soient éprouvés aussi pour qu’ils soient licenciés. Car trop de médecins charlatans, trop de médecins qui s’en foutent de leurs études qui nous prescrivent, trop de médecins qui négligent leurs études qui nous opèrent, trop de médecins qui ne sont médecins que sur papier qui nous consultent. Éprouvez-moi autant de fois qu’il le faut car je suis contre la discrimination quelle qu’en soit sa forme.

 

Mon cher gouvernement, vous avez pensé à tester les savoirs des infirmières pour qu’elles soient licenciées, je suis d’accord car cela pourrait sauver des vies. Mais que vous pensiez à toutes ces boutiques qui portent le nom de pharmacie. Que vous pensiez à éprouver ceux qui lisent nos prescriptions, ceux qui nous tuent en interprêtant mal nos prescriptions comme en nous donnant des injections à la place des comprimés, des crèmes à la place des sirops, des gouttes à la place des sprays… Je ne suis pas en train de rêver et je n’invente pas non plus. Éprouvez-les pour sauver des vies.

 

Mon cher gouvernement, ce ne sont pas seulement les infirmières qui méritent d’être éprouvées. Que vous pensiez à éprouver les Biologistes qui analysent nos spécimens et qui lisent nos résultats. Connaissant l’importance du technicien en laboratoire médical dans le traitement d’un patient, je vous implore de les éprouver afin que nous puissions nous rassurer que vous pensez aux soins auxquels nous sommes sujets. Comme ça, nos résultats seront plus crédibles. Et nous n’aurons pas à suivre un traitement pour une maladie que nous ne souffrons pas. Et nous ne mourrons pas à cause des mauvaises analyses de nos spécimens.

 

Mon cher gouvernement, que vous pensiez à éprouver les Agents de marketing qui nous tuent et qui nous rendent résistants en nous vendant des produits disons des médicaments qu’ils ne savent même pas pourquoi ils sont bons. C’est drôle de constater qu’ils nous vendent des ARV dans un autobus, c’est drôle d’observer qu’ils nous vendent des antituberculeux. Mon cher gouvernement, je vous implore d’agir vite avant qu’ils finissent avec la population.

 

Mon cher gouvernement, connaissant que la vie est un cadeau au singulier et tellement précieuse qu’elle n’a pas de prix, je vous implore de fermer les barrières à ceux qui nous prennent comme cobayes. Ils nous tuent massivement. Alors, s’ils veulent nous apporter des soins qu’ils vous présentent leur licence et que vous les éprouviez. Car fort souvent ils nous exigent un recyclage pour travailler chez eux, bien que je suis pas contre car la vie est précieuse. Mais que vous les éprouviez aussi avant de nous livrer à leurs aides en tant que personnels de santé. Car, dans leur pays, la vie est précieuse mais croyez-moi mon cher gouvernement que, par ici, la vie est aussi précieuse car c’est la même vie, c’est-à-dire nous sommes tous humains.

 

Enfin, mon cher gouvernement, je voudrais que vous donniez les matériels nécessaires aux hôpitaux publics. Je voudrais qu’ils soient des établissements de secours pour la sauvegarde des vies et non des lieux où l’on aille se préparer à la mort. Que vous ayez un regard plus grand sur les institutions sanitaires. Je voudrais vous dire de bien vouloir tester les connaissances de tous les personnels de santé. Que les boites médicales aient des personnels de santé à leurs têtes et que la compétentialité vaincre le contact, que la moralité vaincre la fraude, que la sincérité vaincre l’amitié. Mon cher gouvernement, que votre franchise et votre humilité battent votre orgueil afin d’accepter d’appliquer mes conseils. Je vous salue profondément !

 

SULLY JÉVELT

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils