Le secteur démocratique et populaire n’avait pas lancé de mobilisation, précise Me André Michel

 

À l’appel du parti politique Pitit Desalin de l’ancien sénateur de la république Jean Charles Moïse et des Petrochallengers regroupés autour de la structure baptisée “Nou Pap Dòmi”, une journée de mobilisation pour exiger la démission du président Jovenel Moïse et la réalisation du procès de Petrocaribe a été annoncée pour ce mercredi 14 Août, coïncidant avec l’anniversaire de la cérémonie du Bois Caïman.

 

À l’instar d’un calme apparent ressenti dans le pays depuis les troubles politiques du mois de juin dernier, la dernière sortie des protestataires n’a pas eu de recette. Mais le leader du parti Pitit Desalin, Jean Charles Moïse qui n’avait pas d’autres idées en tête que de franchir le périmètre de l’ambassade des États-Unis en Haïti, avait eu la chance de délivrer un message fort aux responsables américains.

 

Selon nombreux observateurs de l’échiquier de la politique haïtienne, cette nouvelle ratée des opposants politique du pays donne de l’air au président Jovenel Moïse pour continuer à espérer de former son gouvernement et boucler aussi son quinquennat emballé de crise politique et de mauvaise gouvernance.

 

De son côté, l’avocat militant André Michel porte-parole du secteur dit démocratique et populaire, a essayé de faire marcher ses mots pour nier toute implication de sa structure dans le mouvement raté de ce mercredi. Selon ce qu’il a écrit sur son compte Twitter, il a précisé que le secteur démocratique et populaire n’avait pas lancé aucun appel à la mobilisation pour la journée du 14 Août.

 

“Sektè Demokratik Popilè a pat lanse manifestasyon Pou Jounen 14 Dawout 2019 la.”, défend l’homme de loi qui encourage tous les secteurs de la vie nationale à se mettre ensemble à travers une unité nationale pour renverser le président Jovenel Moïse au pouvoir.

 

“Sektè Demokratik la ankouraje tout sektè nan opozisyon an mete Tèt yo ansanm pou fè yon gwo mobolizasyon pou ranvèse Jovenel Moïse sou pouvwa a se ansanm pou mennen batay la. Pa gen pike devan”, poursuit Me André Michel.

 

Donc suite à ce nouvel affront où la population haïtienne est restée cloîtrer à la maison, les opposants politiques devraient réviser leurs stratégies de combats dans le but de remettre sur pied les mouvements de protestations visant à renverser le président Jovenel Moïse au pouvoir.

 

RICHEMOND Johnson

Auteur : Richmond Johnson

Richmond Johnson richmond85@gmail.com Twitter: @richmond85 Tel: 509 3630-4052 / 509 4009-0452

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.