Publicités
Francky Belfort 8 avril 2019

 

Au mois de mars dernier, si l’on se réfère au scénario monté autour de l’interpellation du Premier ministre Jean Henry Céant par les deux branches du parlement le même jour, la tenue de la séance phare pour renvoyer le gouvernement à la chambre des députés qui n’avait organisé aucune séance depuis l’entrée parlementaire en janvier, le vote de la motion de censure par 93 députés, la rapidité dans laquelle les correspondances se sont acheminées entre le pouvoir législatif et exécutif, la nomination et l’installation du premier ministre ad intérim, Jean Michel Lapin, on avait comme l’impression que le pays était en marche, que les dirigeants se souciaient de la population. Tout se réalisait dans un laps de temps.

 

Le Notaire a été révoqué. Depuis, le Chef de l’État Jovenel Moïse s’est engagé dans un processus de consultation avec les partis politiques afin de parvenir au choix d’un nouveau chef de gouvernement. Beaucoup de dirigeants et de partis politiques se sont défilés au palais national pour dialoguer avec le président en dépit de la mise sur pied recemment d’une commission de facilitation de dialogue inter haïtien. Toutefois, il faut signaler que d’autres structures politiques ont refusé de rentrer au palais présidentiel pour dialoguer, c’est le cas notamment du Secteur Démocratique et Populaire, plate-forme Pitit Dessalines et le Parti Fanmi Lavalas.

 

Le refus des partis politiques de l’opposition dite radicale qui ne jurent que par le départ de Jovenel Moïse au pouvoir de participer au dialogue engagé, semble n’a pas intimidé l’équipe Têt Kale dans sa démarche. Après de nombreuses rencontres, plusieurs noms étaient sur le tapis mais aucune décision ne pouvait être prise puisque la consultation constitutionnelle n’avait pas encore eu lieu.

 

Le samedi 06 avril 2019, conformément aux prescrits de la constitution de 1987 amendée, Jovenel Moïse président de la république, a rencontré dans le cadre de la consultation, Carl Murat Cantave président du Sénat et Gary Bodeau président de la chambre des députés, les 3 hommes ont discuté pendant environ 3hres. Après cette fameuse rencontre, le député Gary Bodeau a dans un tweet faire cette annonce : << Après 3 heures d’échanges autour du choix du Premier Ministre, le Président Jovenel Moïse va choisir parmi ces 3 personnalités: Jean Michel Lapin, Marjorie Alexandre Brunache, Jean Gabriel Fortuné >>

 

Le Président Jovenel Moïse quant à lui, a fait mention de la rencontre mais contrairement à Gary Bodeau, il n’a pas cité de nom mais déclare << qu’il a rencontré les présidents des deux branches du parlement autour du choix du Premier Ministre dont le nom sera connu incessamment >>

 

Environ 48 heures après cette annonce, le choix n’est toujours pas rendu public, le pays est dans l’attente. Plus d’un se questionne sur les causes de ce retard, puisque les noms des 3 personnalités sont connues.

Le constat est que, la rapidité observée au moment de mettre fin au service de Jean Henry Céant n’est plus là.

Jean Michel Lapin fonctionnaire d’environ 35 ans de carrière au sein de l’administration publique, actuelle Premier Ministre ad intérim, Marjorie Alexandre Brunache, fille de l’ancien président provisoire Boniface Alexandre, peu connue sur la scène politique, elle occupait le poste de consul d’Haïti à Boston sous la présidence de Joseph Michel Martelly et Jean Gabriel Fortuné, ancien parlementaire, maire démissionnaire de la ville des Cayes, allié du PHTK sont les 3 premiers ministrables.

 

Lequel d’entre eux va remporter le prix de la nomination ?
À quand cette nomination ?
Y aura t-il un concensus de dernière heure pour refuser ces 3 personnalités ? A suivre.

Francky Belfort

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils