Hits: 0

Moussa Faki Mahamat, le président de la Commission de l’Union africaine (UA) a récemment révélé que l’UA fournirait prochainement des détails spécifiques sur la fabrication et la délivrance du passeport africain, ce qui facilitera la libre circulation des Africains sur le continent.

Dans son message du Nouvel An au continent, Mahamat a déclaré: «En février 2019, à Addis Abeba, lors du 32e Sommet de notre Union, la Commission présentera, pour adoption, des lignes directrices sur la conception, la fabrication et la délivrance du passeport africain. cette concrétisation nous rapprochera du rêve de longue date d’une libre circulation complète à travers le continent ».

L’introduction du passeport africain devait entraîner une migration accrue des Africains à l’intérieur de l’Afrique et ouvrir la voie à l’Agenda 2063 de l’UA pour un «continent aux frontières transparentes» afin de faciliter la libre circulation des citoyens africains.

Le projet vise également à améliorer le commerce intra-africain et à faciliter la circulation des marchandises nationales entre les États membres. Le passeport africain permettrait aux pays africains de tirer profit du tourisme intra-africain. Le tourisme est l’un des secteurs économiques les plus prometteurs en Afrique, et l’industrie a le potentiel de stimuler la croissance économique sur le continent.

Le 4ème Forum panafricain sur les migrations (PAFoM) qui s’est tenu à Djibouti en novembre dernier a révélé que permettre la libre circulation des personnes sur le continent était essentiel pour stimuler le tourisme intra-africain.

La nouvelle suscite également l’espoir de nombreuses personnes sur le continent que le passeport africain leur permettra de voyager sans visa dans la plupart, sinon dans l’ensemble, des 54 États membres qui composent l’UA.
Selon l’indice de la Banque africaine de développement (BAD), l’Afrique reste en grande partie fermée aux voyageurs africains et, en moyenne, «les Africains ont besoin de visas pour voyager dans 55% des autres pays africains, peuvent obtenir des visas à l’arrivée dans seulement 25% des autres pays et pas besoin de visa pour voyager dans seulement 20% des autres pays du continent ».

L’introduction d’un passeport africain et l’ouverture des frontières ont le potentiel et la capacité de faire en sorte que les voyageurs africains aient la possibilité d’explorer le continent, qui présente des avantages économiques, politiques, culturels et sociaux considérables.

Pour rappel , Le passeport panafricain a été lancé en juillet 2016 lors de la cérémonie d’ouverture de la 27e session ordinaire de l’Assemblée de l’UA, à Kigali, dans le but de faciliter la libre circulation des personnes sur le continent.

Pierre Kevin

Lien

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.