Le nouveau président de l’Assemblée nationale du Venezuela, Juan Guaido, déclare la présidence de Nicolas Maduro illégitime en ouvrant une nouvelle session de la législature contrôlée par l’opposition.

L’Assemblée nationale du Venezuela contrôlée par l’opposition a déclaré la présidence de Nicolas Maduro illégitime samedi 5 janvier, appelant l’armée à soutenir les efforts visant à restaurer la démocratie. “Nous réaffirmons l’illégitimité de Nicolas Maduro” , a déclaré le nouveau président de l’assemblée, Juan Guaido, après avoir prêté serment au début d’une nouvelle session législative.

A partir du 10 janvier, il usurpera la présidence et, par conséquent, cette Assemblée nationale est le seul représentant légitime du peuple. Maduro, qui a présidé à un effondrement quasi total de l’économie dans cet Etat membre autrefois riche, devrait prêter serment jeudi pour un deuxième mandat de six ans après la tenue d’élections anticipées controversées le 20 mai.

Les élections ont été boycottées par la plupart des opposants et largement condamnées par la communauté internationale. Les ministres des Affaires étrangères de 12 pays d’Amérique latine et du Canada ont annoncé à Lima que leurs gouvernements ne reconnaîtraient pas Maduro au poste de président s’il tentait de rester en poste et le pressaient de céder le pouvoir à l’Assemblée nationale.

Le gouvernement Maduro a accusé le soi-disant groupe de Lima d’avoir “encouragé un coup d’État” sur ordre de Washington. Le Mexique, qui est membre du groupe, a refusé de soutenir la déclaration. Guaido, dans un discours auquel ont assisté des législateurs et des membres du corps diplomatique, a déclaré que la chaîne de commandement de l’armée avait été “brisée ou usurpée“, mais a appelé les forces armées à soutenir les efforts “visant à rétablir la démocratie”.

L’Assemblée nationale a été largement marginalisée par une Assemblée constituante créée par le régime, qui a convoqué les élections du 20 mai à un moment où la plupart des principaux représentants de l’opposition étaient en prison ou interdits de se présenter.

La Cour suprême, qui s’est toujours rangée du côté de Maduro, a rendu l’Assemblée nationale impuissante après que l’opposition eut obtenu la majorité en 2016 en la déclarant au mépris.

Une précédente tentative en janvier 2017 de la part de législateurs de l’opposition de déclarer que Maduro avait abandonné ses responsabilités était nulle part. Des leaders de l’opposition plus radicaux tels qu’Antonio Ledezma ou Maria Corina Machado ont demandé à la législature d’installer immédiatement un “gouvernement de transition” dirigé par le président de l’Assemblée nationale.

Robinson JÉRÔME

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.