Publicités
Lucien Helonie 16 août 2018



Des dispositions, les autorités sanitaires en ont pris beaucoup ces derniers jours pour pallier la fermeture de deux des quatre hôpitaux de Médecins sans frontières (MSF) en Haïti. L’ouverture du Centre des urgences de Delmas 2, le renforcement du service orthopédique de l’Hôpital général, la réouverture du service des urgences de l’hôpital La paix et l’installation d’un service des urgences à l’hôpital de Bon-Repos sont entre autres mesures annoncées par le directeur général du MSPP.

On ne reste pas les bras croisés, attendant l’échéance. Non», a riposté le Dr Lauré Adrien qui intervenait lundi sur la fermeture de la maternité de Delmas 33 et l’hôpital de traumatologie de Tabarre gérés par Médecins sans frontières.

Le renforcement de l’hôpital La Paix en vue d’accueillir les femmes enceintes ayant des grossesses à risques figure parmi les mesures prises. « On est en train de renforcer la capacité d’accueil de la maternité de l’hôpital La Paix ainsi que son service de pédiatrie. On a commencé par ces deux services pour des raisons stratégiques.

On va agir sur le personnel. Et d’ailleurs, on commence à le faire. On va donner un accompagnement plus soutenu aux hôpitaux en termes d’intrants, de médicaments et d’équipements », a assuré le DG, qui en a profité pour annoncer que l’État haïtien prend des dispositions en vue de l’ouverture du Centre des urgences de Delmas 2, rénové puis équipé, mais qui n’a jamais pu être ouvert aux publics.

Sur six projets qu’elle dirige en Haïti, l’Organisation humanitaire Médecins sans frontières décide d’en fermer deux. Il s’agit du Centre de référence des urgences obstétricales et l’hôpital de traumatologie appelé l’hôpital N’ap kenbe de Tabarre.

Helonie Lucien

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils