Publicités
La Redaction 7 avril 2019

Les jeunes ayant adhéré au mouvement « ANVLÒP JON YO » remercient Wood Jerry DUPRÉ pour la noble initiative qu’il a prise à côté de ses pairs, de lancer ce dit mouvement depuis le mois de Janvier de cette année. Une initiative qui ne se résume pas à satisfaire ses intérêts personnels, mais vise à charrier les revendications de toute une jeunesse avide de jouir pleinement de l’un de ses droits fondamentaux, le droit au travail.

Il n’est un secret pour personne que lorsqu’un mouvement revendicatif ne fait pas les frais de certains groupes, surtout lorsqu’ils sont en position de faiblesse, ils peuvent tenter de jouer pieds et mains pour en prendre le contrôle, et pour enfin le tuer dans l’œuf. C’est dans ce contexte tout au moins révoltant que, nous les jeunes du mouvement « ANVLÒP JON YO » avons décidé de conjuguer nos efforts à ceux de l’initiateur du mouvement, Wood Jerry DUPRÉ pour lancer une mise en garde contre certains individus malintentionnés dont Pascéus Juvensky St-Fleur, l’un des pourfendeurs de la lutte, qui entendent utiliser le nom du mouvement à des fins politiques et pécuniaires pour détruire les efforts que nous avons consentie depuis plusieurs mois.

Bien que Wood Jerry DUPRÉ soit l’initiateur du mouvement, à qui nous apportons notre plus franche solidarité, puisque le mouvement est dans l’œil du cyclone, nous devons rappeler au grand public qu’il a été conclu que personne n’a le droit de revendiquer la paternité du mouvement jusqu’à recevoir de l’argent entre les mains d’un tiers au nom du mouvement. En raison du fait que c’est avant tout le mouvement de tous les jeunes du pays qui se sentent concernés de près ou de loin par la revendication combien légitime dont « ANVLÒP JON YO » veulent porter.

Ainsi, les jeunes du mouvement dénoncent avec la plus grande fermeté, toutes machinations visant à salir l’image de nombreux jeunes qui se lancent dans cette lutte sans merci, pour demander à ce que l’État crée des conditions pour encourager les investissements directs étrangers dans le pays, et prenne aussi des politiques fertiles touchant à l’employabilité des jeunes, paske jenès la bezwen travay pou li soti nan nivo prekarite lap viv chak jou yo.

Par cette note nous avons voulu non seulement lancer la mise en garde, mais aussi nous adresser au grand public sur les tentatives du pouvoir en place et d’une frange des nantis du pays pour casser l’intensité du mouvement. Ces manœuvres ne vont pas nous décourager. Nous allons continuer à exiger sans cesse, à ce que l’État prenne ses responsabilités pour mettre des moyens à la disposition des jeunes pour des activités entrepreneuriales, lesquelles activités vont avoir des effets de levier sur l’économie du pays. Ces moyens doivent être accessibles à tous les jeunes du pays, qu’ils soient dans les sections communales ou dans les grandes villes du pays, qu’ils soient faits de brillantes études ou n’ayant fait aucune étude  puisque quand ils sont à l’étranger, avec le peu de savoir dont ils détiennent, ils tirent leur épingle du jeu.

Wood Jerry DUPRÉ/ ANVLÒP JON YO

 

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils