Publicités
Robinson Jerome 21 janvier 2020

La 50e édition du Forum économique international de Davos s’ouvre ce mardi autour d’une trentaine de dirigeants politiques, de chefs d’entreprise, de leaders d’ONG ou de jeunes entrepreneurs sociaux. La réunion de cinq jours à Davos est utilisée par les chefs d’entreprise et les politiciens pour rencontrer et discuter de certaines des questions les plus urgente dans le monde. Cette année, la réunion a lieu à un moment de tensions géopolitiques accrues, de différends commerciaux et de nouveaux appels à l’action contre le changement climatique.

Le Pape François a adressé un message au president exécutif du Forum de Davos, Klaus Schwab. La lettre lui sera remise par le cardinal Peter Turkson, préfet du Dicastère pour le Service du Développement humain integral, qui représente le Saint-Siège pour ce sommet organisé dans cette ville de Suisse du mardi 21 au vendredi 24 janvier. Le Pape se réjouit de voir dans ce Forum un espace dans lequel la volonté politique et la cooperation mutuelle peuvent être guidées et renforcées pour surmonter l’isolationnisme, l’individualisme et la colonisation idéologique qui, malheureusement, caractérisent trop souvent le débat contemporain».

Face aux bouleversements géopolitiques comme aux changements qui affectent l’économie et le monde du travail, notamment avec l’apport de la technologie numérique, la considération primordiale, à ne jamais oublier, est que nous sommes tous membres d’une seule et même famille humaine, précise François. L’obligation morale de prendre soin les uns des autres découle de ce fait, tout comme le principe corrélatif qui consiste à placer la personne humaine, plutôt que la simple poursuite du pouvoir ou du profit, au centre même de la politique publique.

Le Pape martèle qu’il est donc nécessaire d’aller au-delà des approches technologiques ou économiques à court terme et de prendre pleinement en compte la dimension éthique dans la recherche de solutions aux problèmes actuels ou dans la proposition d’initiatives pour l’avenir. Dénonçant l’écueil d’un matérialisme parfois insidieux, et même parfois totalement assumé, François rappelle que le développement humain vraiment intégral ne peut s’épanouir que si tous les membres de la famille humaine sont inclus dans la poursuite du bien commun et y contribuent. Dans la recherche d’un véritable progrès, n’oublions pas que piétiner la dignité d’une autre personne, c’est en fait affaiblir sa propre valeur.

Il insiste aussi sur la notion d’écologie integrale, mise en avant dans son encyclique Laudato Si’. Ce document magistériel met en avant la responsabilité éthique de chacun et, a fortiori, la responsabilité de chaque décideur économique, dans le soin à apporter à la maison commune, et donc dans le respect dû à l’environnement et à chaque personne.

Le Pape conclut donc son message en espérant «que les participants au Forum d’aujourd’hui, et à ceux qui se tiendront à l’avenir, garderont à l’esprit la haute responsabilité morale que chacun d’entre nous a de rechercher le développement intégral de tous nos frères et sœurs, y compris ceux des générations futures. Que vos délibérations conduisent à un accroissement de la solidarité, en particulier avec ceux qui sont le plus dans le besoin, qui subissent l’injustice sociale et économique et dont l’existence même est menacée», exhorte-t-il avant d’adresser sa bénédiction aux participants.

Robinson Jerome

Twitter : @robinsonjerome8

Gmail : jeromerobinson64@gmail.com

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils