Publicités
Richmond Johnson 21 juillet 2018

 

Difficile de scotomiser le cri piqué de Me Samuel Madistin.

Mutité du chapiteau de la vie politique haïtienne depuis près de deux ans après une trêve suite à une triste dixième place lors des élections présidentielles d’Août 2015 en voulant silencieusement disséquer l’accaparement systématique du pouvoir de l’État par le gypse des tèt kale, l’ancien aspirant à la magistrature suprême de l’État haïtien est de retour aux affaires. Il se dit disponible et disposé avec énormément de discernement de rechausser ses chaussures qui ont fait de lui une référence au niveau national en matière de lutte politique. Le dirigeant du Mouvement Populaire Démocratique Dessalinien (MOPOD) lance un avertissement à l’équipe routée par Jovenel Moïse et Jacques Guy Lafontant PM démissionnaire pour l’a signifiée du désir de sa corporation politique à lutter corps et âme afin d’enliser ce pouvoir qui selon lui est incapable d’assurer et de garantir la survivance de la population.

 

Alloué d’une grande vista des affaires ayant rapport au fonctionnement normal de l’administration publique pour l’avoir côtoyé en tant que député en 1991 et sénateur en 1995, Me Samuel Madistin a salué ouvertement le boulot des commissaires qui ont été confiés d’une mission sacro-sainte pour enquêter sur l’utilisation des fonds du PétroCaribe. Lors d’une émission de radio à la capitale, d’une voix piquée, le natif du Mapou Lagon quartier de la première section communale de l’Estère, s’immisce pour qualifier cette affaire qui a une portée nationale de “Désordre intéressant”.

 

Lors de cet abouchement à l’espace Intérêt public avec la journaliste vedette de la radio Kiskeya Liliane Pierre-Paul, l’homme de droit formé à la faculté de droit des Gonaïves a apporté quelques éclairecissement relatifs à cette épithète. Un désordre pour avoir dilapidé plus de trois milliards de dollars américains dans le cadre de ce programme pendant les huit dernières années et jusqu’ici le pays fait marche à reculons. Pas d’infrastructures routières et sportives, pas d’hôpitaux, d’emplois et de l’électricité. Le pays fait face à un niveau de pauvreté extrême dû à l’accaparement dépassé du montant sus-mentionnés par les anciens et actuels responsables de l’État.

 

Intéressant parce que selon lui aucune structure faisant partie intégrante de l’État ne serait en mesure de réaliser un travail aussi fructueux que ça et de produire un tel rapport qui a mis à nu certains hauts fonctionnaires de l’État qui auraient utilisé de l’argent des contrats clandestins qui devraient desservir la masse défavorisée avec la réalisation des projets sociaux. L’ancien étudiant de l’INAGHEI a insisté pour dire qu’il faut servir du rapport détaillé de l’enquête sans narcissisme politique pour aller de l’avant et faire ce que demande les prescrits de nos lois organiques.

 

Il a par ailleurs précisé qu’aucune commission parlementaire ne peut pas produire un rapport demandant l’arrestation d’un individu pour quelques motifs que ce soit. Dans cette affaire, le parlement a une certaine limite, il doit la reconnaître et la respecter, la commission travaille pour l’assemblée des parlementaires. Le PDG de la nouvelle Fondation JEKLERE critique la façon dont les sénateurs ont été procédés pour mettre en jambe la commission devant enquêter sur l’utilisation des fonds du PétroCaribe. Selon lui, la commission devait découler d’une résolution prise en assemblée nationale par les deux souches du parlement haïtien car c’est un dossier national qui implique tous les habitants de la terre d’haïti.

 

Interrogé pour n’avoir pas été un supporteur dévoilé d’aucun des candidats qui avaient formé à ses côtés en 2015 le groupe huit, sans détour, l’homme de 55 ans a fait savoir qu’il était pour l’annulation purement et simplement des élections de 2015 et l’arrivée d’une transition pour ou moins deux ans avec sûrement le président de la cour de Cassation pour espérer un éventuel tabula Rasa et doter le pays d’un avenir plus certain et rassuré. Au sein du groupe huit des candidats, seul l’ancien Directeur Général de la PNH Mario Andrésol qui était à ses côtés dans sa prise de position pour avoir prophétisé la victoire du protégé de Martelly car il avait à sa disposition de fortes sommes d’argent et l’appui indéfectible d’une frange de la classe économique.

 

Durant le quinquennat de Michel Joseph Martelly, l’expérimenté avocat du barreau de Port-au-Prince avait passé quasiment tout son temps à déplorer et désenvlopper les maléfices de l’équipe tèt kale. On cite à première vue la mort suspecte de Jean Serge Joseph que certains observateurs auraient attribué à l’ancien chanteur du groupe Sweet Micky qui l’aurait provoqué et surtout l’arrestation d’Arnel Bélizaire sous l’impulsion d’un ancien commissaire du gouvernement, un député en fonction à la 49e législature.

 

Donc, il promet une reprise sérieuse et pointue tout en voulant réitérer et garder la lignée de sa vision politique.

 

RICHEMOND Johnson
Twitter :@richemond85

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils