Le président élu du Brésil, Jair Bolsonaro, a été soumis à une surveillance de plus en plus critique jeudi, alors qu’une unité gouvernementale chargée de la lutte contre la criminalité financière questionnait les paiements versés à son fils et à sa femme qui totalisaient plus de 300 000 dollars.

Bolsonaro, qui prend ses fonctions le 1er janvier après avoir remporté l’élection de militant anti-corruption de droite, a reconnu dans un fil vidéo sur Facebook posté mercredi dernier que les paiements d’un ancien collaborateur, Fabricio José de Queiroz, étaient en cours d’examen par le COAF, le responsable financier. unité des crimes.

“Si une erreur a été commise par moi, par mon fils ou par Quieroz, nous paierons l’addition pour cette erreur, car nous ne pouvons être pris au piège de l’erreur de qui que ce soit”, a-t-il déclaré.

“Cela fait mal parce que nous tenons fermement à lutter contre la corruption et, quoi qu’il arrive, lorsque je serai président, nous lutterons contre la corruption en utilisant toutes les armes à la disposition du gouvernement, y compris du COAF.”

Bolsonaro a facilement remporté les élections présidentielles du Brésil en octobre, après le désenchantement général du public après une série de scandales de grande corruption qui ont terni ses prédécesseurs. En cause, 1,2 million de reais soit 300 000 dollars ont été versés au fils de Bolsonaro, Flavio, législateur de l’État de Rio de Janeiro, qui sera sénateur fédéral l’année prochaine.

Les paiements ont été effectués par Queiroz, un officier de police qui a servi pendant des années comme chauffeur et garde du corps de Flavio Bolsonaro. Ils ont soulevé des soupçons parce qu’ils dépassaient ses revenus.

Nuit a la Plage 22 Dec 1500 Gdes Plage privee/Montrois info 37530404

La COAF étudie également 24 000 reais soit une somme de 6 200 dollars déposés par chèque sur le compte de l’épouse de Bolsonaro, Michelle Bolsonaro. Le futur président a déclaré qu’il s’agissait d’un remboursement d’un prêt qu’il avait consenti à l’aide de son fils mais non déclaré. Bolsonaro évitait depuis des jours les journalistes qui voulaient l’interroger à ce sujet. Quieroz, qui a également évité les médias, doit s’adresser aux autorités la semaine prochaine.

Source: AFP

Robinson JÉRÔME

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.