Publicités
Robinson Jerome 7 août 2019

 

Un département de police de Galveston, au Texas, s’est excusé après que deux policiers blancs à cheval aient conduit un homme noir dans les rues de la ville avec une corde.

Donald Neely, 43 ans, flanqué de deux officiers de la police montée, a partagé des photos sur les médias sociaux. Les mains de Neely sont liées derrière le dos et l’un des officiers tient une épaisse corde bleue attachée.  À la suite de nombreuses critiques et outrages, la police de Galveston a déclaré qu’elle mettrait fin à cette pratique.  Le département de police a déclaré dans un communiqué  “Nous comprenons la perception négative de cette action et estimons qu’il est plus approprié de cesser d’utiliser cette technique.”

La belle-soeur de Neely, Christin Neely, faisait partie des personnes qui ont critiqué la police de Galveston. Neely a été traitée comme un animal, a-t-elle déclaré, ajoutant qu’il était sans abri et atteint d’une maladie mentale, et que la famille avait souvent du mal à le localiser.

Elle a écrit sur Facebook: «Maintenant, imaginez que vous faites défiler FB et que vous voyez ledit être cher se faire escorter à pied par deux officiers à cheval, les mains attachées dans le dos avec une corde. En 2019?

Le chef de la police de Galveston, Vernon Hale, a confirmé que les photos étaient authentiques.  Il a déclaré avant tout, je dois m’excuser auprès de M. Neely pour cet embarras inutile. Bien qu’il s’agisse d’une technique éprouvée et d’une pratique exemplaire dans certains scénarios, je pense que nos agents ont fait preuve de discernement et auraient pu attendre une unité de transport sur le lieu de l’arrestation.

La police a déclaré que Neely avait été arrêté sous le soupçon d’intrusion criminelle et qu’il était conduit vers une zone de rassemblement pour les patrouilles à cheval. Hale a déclaré que les officiers portaient des caméras de sécurité au moment de l’incident, mais ils n’ont pas précisé s’ils seraient sanctionnés.

Les groupes de défense des droits civils ont déclaré que l’image rappelait les mauvais traitements historiques infligés aux Noirs.

“Nous sommes en 2019 et non en 1819”, a déclaré James Houston, président de la NAACP de Houston, au Houston Chronicle.

 

Je suis heureux de savoir que le chef Vernon a présenté des excuses et indiqué que l’acte faisait preuve d’un manque de jugement, mais également d’une formation insuffisante. Même si le chef a indiqué que la technique serait abandonnée, il n’a pas réussi à remédier au manque de respect manifesté par les agents lors de cet épisode.

 

Leon Phillips, président de la Galveston Coalition for Justice, a déclaré que ces images lui rappelaient des images racistes des années vingt.  Il a déclaré au New York Times tout ce que je sais, c’est deux policiers blancs à cheval avec un homme noir qui le promène dans la rue avec une corde attachée aux menottes, et cela n’a aucun sens.
De nombreux internautes ont été choqués par cette photo, évoquant selon eux l’époque sombre des lynchages aux États-Unis esclavagiste.
Montrez-moi la différence, s’offusque un homme sur Twitter, présentant la photo prise à Galveston d’un côté, et le dessin d’un esclave noir entre deux hommes blancs portant un chapeau et montant à cheval, de l’autre.

Robinson Jerome

Twitter : @robinsonjerome8

Gmail : jeromerobinson64@gmail.com

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils