Publicités
Richmond Johnson 25 mai 2019

 

Quelques jours après le paiement de salaire du mois d’avril d’une partie du service public où les policiers ont vu retirer un montant de mille gourdes sur leur chèque, les enseignants ont aussi frappé par cette décision cette semaine. Décision prise par la direction générale de l’administration publique.

Malgré le retard enregistré lors de la réception du salaire du mois d’avril 2019, les enseignants travaillant dans l’administration publique ont monté au créneau pour dénoncer les responsables de l’État haïtien qui selon eux, agissent de mauvaise foi compte tenu de la situation économique du pays.

Pour eux, ils n’ont pas été notifiés avant ou après l’adoption de cette mesure qu’ils ont qualifié de <<criminel>> de la part de l’exécutif qui n’ont rien fait pour stopper la dépréciation de la gourdes au moment où le taux de l’inflation est passé à 17.7%.

Un professeur travaillant à plein temps au premier et deuxième cycle fondamental, perçoit actuellement environ treize mille gourdes comme salaire. Alors que, ceux qui ont dispensé les cours au niveau troisième cycle fondamental avec un chair (partiel) touche dix mille huit cent gourdes.

Cette mesure n’est pas de bon avis du côté des enseignants qui n’ont jamais cessé de demander une augmentation et/ou ajustements salariale. En lieu et place de l’augmentation, ils sont frappés par une décision de prélèvement.

RICHEMOND Johnson

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils