Lorsqu’un système fait de la corruption une règle à la place de l’exception, on ne peut qu’espérer la misère généralisée, l’augmentation de la richesse d’un groupuscule.

Je crie haut et fort avec une voix basse pour dénoncer la corruption au sein de l’Administration. Les coupables sont là, il faut les identifier afin de les juger de manière équitable.

En décembre 2017, le nombre de chèques(chèk zonbi) était estimé à 27000 dans l’Administration publique. En janvier 2018, 50 millions de gourdes ont fuité au niveau de la Police Nationale Nationale. Même mois de la même année, 72 millions de gourdes au Ministère de la Santé Publique et de la Population haïtienne. En moins de deux ans, soit en mars 2018, un montant de 200 millions de gourdes emporté par les zombies du monde invisible d’Haïti.

Au début du mois de novembre 2018, la Ministre des Affaires sociales avait déclaré qu’il y a 97 000 bénéficiaires mères fantômes sur les 121000 bénéficiaires du programme Ti manman cheri qui a été financé à partir des fonds du programme d’aide venezuelienne Petro-Caribe.

Sur les 121000 noms qui ont été enregistrés, seuls 28000 ont été retracés. 80% des bénéficiaires n’ont pas été retracés. Où se trouvent ces 97000 personnes?

Après 6 mois, rien n’a été fait, la ministre Elise B. Gélin du MAST et les responsables du Fonds d’assistance économique et sociale n’ont pas montré qu’ils veulent lutter contre la corruption.

La corruption est un cancer pour le pays, il faut combattre à tout prix les corrompus et les corrupteurs. Ils sont les seuls responsables de la misère du peuple haïtien.


Lacks-Guvens Cadette
Cercle de Réfléxion sur la Justice
lacksguvens@yahoo.fr

 

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.