Jude Célestin apporte son soutien à la mobilisation populaire

Publicités

Muet depuis un certain temps dans les affaires politiques du pays après son échec à l’ascension de la magistrature suprême de l’État haïtien, l’ancien candidat à présidence du Parti Ligue Alternative pour le Progrès et de l’Émancipation Haïtienne (LAPEH), Jude Célestin, sort en fin de son mutisme ce jeudi 26 septembre 2019 pour demander au peuple haïtien de se réveiller pour continuer à lutter pour la reprise de leur souveraineté serrée aux mains des bandits légaux.

Quelques heures avant l’organisation d’une manifestation qualifiée de “Finale” pour exiger la démission et l’arrestation du président Jovenel Moïse, les leaders, organisations, partis, plates-formes politiques semblent parer à fouler le macadam pour une journée de mobilisation nationale qui s’annonce historique.

Sur sa page Facebook officielle ce jeudi après-midi, Jude Celestin, ancien poulain de l’ex-président haïtien René Garcia Préval, a lancé un vibrant message aux haïtiens en vue de renforcer leur lutte qui devant conduire à exterminer le système actuel. Sans tergiversations, il a écrit ” Lè a rive! Desten nou nan pla men nou.-Batay pou chanje kondisyon lavi moun nan peyi a dwe fèt sou tout fòm. Li dwe angaje nou tout ki sanble pou chavire yon fwa pou tout sistèm peze souse sa. Reprann souverènte nou ki nan men bandi legal”. , a scandé l’interessé, qui n’a pas manqué d’identifier la forme de cette lutte impliquant les vrai(e)s fils et filles du pays contre ceux qui accaparent les richesses de la nation à leur profit et au détriment de la population.

Toute fois, il a affiché son support aux différents mouvements pacifiques écrit-il, en vue d’enlever la majorité de la population haïtienne souillée sous les pieds des “bandits légaux”.

“Mwen sipòte tout mouvman pasifik pou retire majorite a anba fòs fè nwa kap mete pye e koupe kou pèp la ak manchet koripsyon”, a soutenu Jude Célestin qui avait terminé deuxième lors des dernières élections présidentielles haïtiennes accouchant le président Jovenel Moïse au Palais national.

RICHEMOND Johnson

Publicités