Le pays est relativement calme depuis quelques semaines. L’opposition essouffle. La mobilisation est sur mode pause pour reprendre incessamment soit à la fin de ce mois d’Août. Entre temps, la présentation de l’énoncé de politique générale du PM nommé peine encore à réaliser. Invité à l’espace invité du midi sur la chaine 22, en face de l’animateur Davidson Saint-Fort, sans équivoque, Edgard Leblanc souligne que le chef de l’Etat joue au chat et à la souris et surfe sur l’usure de la mobilisation.

Celui qui détient son 3è mandat comme coordonnateur de l’OPL épouse la psyché du chef de l’Etat pour déceler ce stratagème visant à constater le dysfonctionnement du parlement, à défaut d’un gouvernement et des élections. C’est cependant une erreur de calcul, qui pourrait au contraire provoquer sa chute, selon l’ancien parlementaire.

Edgard Leblanc invite l’opposition dont il fait partie à créer un rapport de force différent et à se mettre ensemble pour une alternative, arguant que les manifestations de rue ne suffisent pas à renverser le pouvoir en place.

Quid de la demande de mise en accusation du président Jovenel Moise. Que pense l’OPL ?

C’est une démarche louable qui s’inscrit dans la pratique de la démocratie, appuie l’ancien sénateur Edgard Leblanc.

En ce sens, le coordonnateur du parti OPL, explique que le bureau de la chambre basse est dans l’obligation de fournir les documents aux députés accusateurs. L’ancien président de l’assemblée nationale invite toutefois les parlementaires à définir un protocole, en écartant les improvisations, afin de favoriser la tenue de cette séance qui, rappelle-t-il, est prévue par la constitution haïtienne.

Banacheca Pierre

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.