Publicités

Décidément les choses semblent désormais mêler dans le panier du président Jovenel Moïse qui, depuis plus de trois mois, fonctionne sans un gouvernement légitiment constitué après le renvoie commandité par la quasi-totalité des députés le 19 mars dernier, et il semble sur le point de perdre quelques soutiens de poids.

Malgré les différents appels aux dialogues lancés par le président Moïse à la classe de l’opposition politique du pays en vue de trouver une issue à la crise, le conseiller politique du locataire du palais national estime que le pays n’est pas dirigé depuis les dernières émeutes politiques de juillet 2018.

Invité à épiloguer sur la conjoncture actuelle du pays sur les ondes de la radio Méga à l’espace de Boukante Lapawòl, hier lundi soir, Gabriel Fortuné grand supporter du chef de l’État haïtien, sans langue de bois, a dressé un tableau catastrophique de la situation politique du pays où il estime que le président n’a rien contrôlé dans le pays depuis plusieurs mois.

“Depuis les derniers événements politiques de juillet 2018, le président Jovenel Moïse a perdu tout le contrôle de la situation du pays. Et il en est pas le seul responsable” estime-t-il, tout en reconnaissant que le chef de l’exécutif a la plus grande part de responsabilité dans le blocage du pays en tant que garant soutient-il, de la bonne marche des institutions.

De l’avis du maire démissionnaire de la ville des Cayes qui dit n’avoir jamais reçu pas même un sou de l’administration publique ou du palais national pour avoir donné des conseils au président Moïse, chaque acteur de la scène politique ici en Haïti, a un patron où il ne peut rien décider sans eux. Il prend en exemple, l’élu du parti haïtien Tèt Kale Jovenel Moïse qu’il dit avoir des patrons pour qui, il a de nombreux respects. Sans révéler l’identité de ces patrons.

“Même le président Jovenel Moïse en tant que président de la république détient des patrons où il ne peut rien faire sans les consulter avant même de prendre une décision pour le pays” confie l’ancien sénateur du département du Sud qui soutient également que même au niveau du parlement haïtien, les parlementaires ont leurs patrons. Si non dit-il, Youri Latortue aurait pu faciliter au président Carl Murat Cantave de réaliser la séance de présentation de l’énoncé de politique générale du premier ministre nommé Jean Michel Lapin. Car pense-t-il, il soumettait aux exigences de leur patron.

Il évoque la nécessité de trouver un accord politique pouvant aider le pays à se sortir de ce marasme politique tout en affirmant que le président Jovenel Moïse a hérité d’un système politique basé sur l’impunité et la corruption où tout le monde pourrait tout faire sans penser à la sanction.

Il demande au premier citoyen de la nation de discuter avec le secteur économique qu’il dit pouvoir à tout moment prendre le dessus du lot au détriment de Jovenel Moïse en prenant pour exemple les derniers mouvements revendicatifs organisés sur l’étendue du territoire national où quelques bras du secteur économique ont financés les acteurs. A conclu, Gabriel Fortuné.

RICHEMOND Johnson

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.