Publicités
Banacheca Pierre 11 février 2019

 

Cap-Haïtien respecte elle aussi le mot d’ordre de ” ville lock ” lancé par l’opposition. Jusqu’à la mi-journée de ce lundi, le commerce, les banques commerciales, les écoles, le transport en commun, le commerce informel n’ont pas fonctionné dans la deuxième ville du pays.

Des barricades enflammées ont été érigées dans plusieurs quartiers de la ville, en particulier à  Samarie, Ste Philomene etc.

Des actions sporadiques sont enregistrées dans plusieurs zones stratégiques, mais, globalement, la ville est sous contrôle, explique le directeur départemental de la police nationale.” Nous ne priorisons pas un secteur en particulier, nous sommes là pour garantir la sécurité des vies et des biens “, avance  le DDN de la PNH, Jackson Hilaire.

Aux abords du commissariat central de la ville, des dizaines de personnes font des lieux leur quartier général depuis plusieurs jours. “Nous sommes ici pour tenter de communiquer avec des proches arrêtés lors de la manifestation du 7 Février dernier”, explique l’un des parents.

Plus d’une vingtaine de personnes interpellées jeudi dernier attendent le verdict de la justice qui devait se prononcer, ce lundi, sur leur sort.

Cependant, le principal responsable de la police dans le Nord indique que la plupart des personnes incarcérées ont été interpellées lors d’une attaque, jeudi dernier, contre le commissariat central de la police. D’autres, au niveau du service d’immigration et d’émigration du Cap-Haitien dont les locaux ont été pillés et vandalisés.

 

Banacheca Pierre

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils